5 Août 2017

Cameroun: Abattoir industriel de Ngaoundéré - Prêt à l'emploi

La réception technique de l'ouvrage construit à Wakwa a eu lieu le 30 juillet dernier.

Après de 20 mois de travaux et 5 milliards de F d'investissement, l'abattoir industriel et frigorifique de Ngaoundéré, étincelant de beauté, ressemble désormais à une épouse qui n'attend que son fiancé pour le jour du mariage. Construit à Wakwa, sur les berges de la Vina, en bordure de la route Meiganga-Ngaoundéré, il s'érige en face de la station Camwater. La réception technique a eu lieu dimanche 30 juillet dernier par une équipe technique constituée des responsables des administrations ayant travaillé sur ce chantier.

Les ingénieurs et techniciens de Makiber, l'entreprise espagnole qui a exécuté les travaux étaient également là. L'abattoir industriel et frigorifique de Ngaoundéré est un projet du Plan d'urgence triennal (PLANUT). Roger Yiwe, point focal du PLANUT au ministère de l'Elevage, des Pêches et des Industries animales (MINEPIA), qui suit l'exécution du chantier au quotidien, n'a pas caché sa joie. « Nous sommes déjà parvenus à un taux de réalisation de 99%. Il ne reste plus que les petites finitions qui seront terminées dans les prochains jours », souligne-t-il, avec un ton de soulagement. Bien avant la réception technique de l'ouvrage, des tests d'abattage ont été effectués. L'abattoir industriel de Ngaoundéré peut traiter 250 bêtes par jour. D'une capacité de 1400 m3, il a également un volet conservation. La viande abattue à Ngaoundéré sera acheminée dans les grands centres de commercialisation et de consommation à bord des camions frigorifiques. A l'effet d'assurer son bon fonctionnement et son entretien, l'entreprise Makiber a formé le personnel appelé à travailler sur place.

Elle a organisé deux sessions de formation à l'intention des ingénieurs et des techniciens notamment. L'abattoir industriel de Ngaoundéré, comme son nom l'indique, jettera les prémices de l'industrialisation de la filière bovine. Il est construit à Ngaoundéré, chef-lieu de l'Adamaoua, première région productrice de bovins au Cameroun. Toutes les composantes des animaux abattus seront commercialisées. Outre les carcasses, les pattes, les têtes et les tripes qui sont destinées à la consommation directe, le sang recueilli sera cristallisé et servira de matière première à la fabrication des aliments pour l'élevage. Les excréments pourront servir de biogaz et réduiront la pollution par la même occasion. Les peaux, quant à elles, seront orientées vers la tannerie. Toute une chaîne de valeurs !

Cameroun

CAN «cameroun 2019» - La CAF reporte de nouveau sa 1ere visite d'inspection

La mission d'inspection de la Confédération africaine de football (CAF) pour la Coupe d'Afrique des… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.