4 Août 2017

Afrique du Sud: Des historiens veulent que la Banque centrale sud-africaine ouvre ses archives

En Afrique du Sud, la SA History Archive (société sud-africaine des archives historiques), une association d'historiens créée dans les années 1980, poursuit la Banque centrale sud-africaine en justice.

Cette organisation de la société civile veut forcer l'institution bancaire à rendre publiques les transactions offshore qui ont permis de soutenir le gouvernement de l'apartheid, en dépit des sanctions internationales dans les années 1980-1990. Les historiens veulent savoir si certains intérêts privés bénéficient encore aujourd'hui de ce système opaque.

C'est une plongée dans les secrets économiques de l'apartheid qui vient de débuter à la Haute cour de Johannesburg. La Société sud-africaine des archives historiques veut que la Banque centrale sud-africaine publie les dossiers de huit personnes, soupçonnées d'avoir violé les embargos commerciaux imposés au régime de l'apartheid.

Dans la liste, figure par exemple le nom de Vito Palazzolo. Entré illégalement en Afrique du Sud en 1986, il aurait mis en place un système de blanchiment d'argent pour financer le programme nucléaire sud-africain, en collaboration avec Israël. Vito Palazzo a été extradé en 2013 vers l'Italie, où il purge actuellement une peine de prison.

La SA History Archive a soumis près de 15 demandes à la Banque centrale sud-africaine, qui a toujours refusé de publier ces dossiers, au motif que certaines des informations demandées « pourraient nuire à l'économie du pays ».

Pour les historiens, tout l'enjeu est justement de savoir si les réseaux économiques parallèles mis en place sous l'apartheid sont toujours actifs et s'ils ont encore un impact sur l'économie aujourd'hui. Une question essentielle, selon eux, au moment où les scandales de corruption s'enchaînent dans le pays.

Afrique du Sud

Meurtre de Lara Rijs - «Pas de dégradation du law and order», selon Collendavelloo

«En tant que Mauriciens, nous sommes blessés au plus profond de notre âme par ce crime.» Le… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.