6 Août 2017

Burkina Faso: EBOMAF décroche un marché de 161 milliards au Bénin

Le gouvernement béninois a lancé, le vendredi 4 août 2017, à Savalou, les travaux de réhabilitation de la route Dassa-Savalou-Djougou et d'aménagement et de bitumage des bretelles Bassila-Manigri, Kpèrèkètè-Frontière du Togo et Bassila-Frontière du Togo.

D'une longueur totale de 270,5 km, ces travaux seront exécutés en 36 mois par l'Entreprise Bonkoungou Mahamadou et fils (EBOMAF), dans le cadre d'un Partenariat public privé (PPP) à hauteur de plus de 161 milliards de F CFA.

Présente au Bénin depuis 2014 où elle a déjà réalisé des infrastructures routières et continue de mettre en œuvre un certain nombre de projets routiers, l'Entreprise, Bonkoungou Mahamadou et fils (EBOMAF) vient de bénéficier, encore une fois, de la confiance de l'Etat béninois. Un nouveau front s'ouvre pour elle dans les départements des Collines et de la Donga où la société fondée en 1989 par l'homme d'affaires burkinabè, Mahamadou Bonkoungou, a été attributaire d'un important marché de réhabilitation du tronçon Dassa-Savalou-Djougou (255,7 km) ainsi que l'aménagement et le bitumage des bretelles Bassila-Manigri (9,3 km), Kpèrèkètè-Frontière du Togo (0,8 km) et Bassila-Frontière du Togo (4,7 km) soit une longueur cumulée de 270,5 km.

La réalisation de ce projet routier d'envergure nécessite un financement de 161 milliards de FCFA comprenant les travaux à proprement parlé, le déplacement des réseaux d'électricité, d'eau et de télécommunication ainsi que la mission de contrôle et de surveillance. Son lancement, intervenu le 4 août dernier à Savalou, a mobilisé les plus hautes autorités du pays et les populations bénéficiaires. Le top de départ a enregistré le déploiement d'un impressionnant parc de matériel flambant neuf de l'entreprise pour rassurer sur ses capacités à réaliser de telles infrastructures routières.

Selon le directeur général des Infrastructures du Bénin, Jacques Ayadji, le lancement des travaux de la Route Nationale n°3 (Dassa-Savalou-Djougou-Natitingou-Porga-Frontière du Burkina Faso) vaut son pesant d'or d'autant que cet axe aménagé dans les années 2000 connait une situation de voie « très dégradée » au point d'entraver les échanges tant à l'intérieur du pays qu'avec les pays de l'hinterland. Les travaux de réhabilitation vont donc consister, dans leurs spécifications techniques, à la construction d'une chaussée de 7 m (deux voies de 3,5 m chacune), plus un accotement de 2 m en agglomération et d'une chaussée de 7 m et un accotement de 1,5 m en rase campagne. De quoi réjouir le maire de la commune de Savalou, Yao Prosper Iroukoura, qui n'a pas caché son impatience de voir le projet se réaliser dans les délais impartis afin de booster le développement local de sa collectivité.

« La réalisation de cette route va soulager les peines des usagers et dynamiser non seulement l'économie béninoise, mais aussi celle du Togo et des pays de l'hinterland comme le Burkina Faso et le Mali », a-t-il souligné. Il fonde l'espoir que cette infrastructure soit un tremplin pour le développement économique, social et culturel des communes traversées. « Ces travaux lèvent les barrières entre les peuples et favorisent le brassage culturel et la croissance économique des Etats concernés, faisant du Bénin, un carrefour important de rencontres commerciales économiques et sociales et culturelles avec ses pays voisins», a ajouté, le ministre de l'Enseignement secondaire et de la Recherche scientifique, Marie Odile Atanasso, native de Savalou.

Aux dires des autorités présentes à la cérémonie de lancement, la réhabilitation du tronçon Dassa-Savalou-Djougou (255,7 km) ainsi que l'aménagement et le bitumage des bretelles Bassila-Manigri (9,3 km), Kpèrèkètè-Frontière du Togo (0,8 km) et Bassila-Frontière du Togo (4,7 km) traduit la nouvelle vision du président Patrice Athanase Guillaume Talon en matière de modernisation des infrastructures routières à travers la promotion de services de transport efficaces pour soutenir la croissance économique et œuvrer au bien-être social des Béninois. «Ces actions visent la modernisation du réseau routier, son entretien périodique et courant et le développement des routes rurales. Le gouvernement a élaboré et mis en œuvre un vaste programme d'infrastructures dans le secteur hautement stratégique des transports, en vue d'assurer une meilleure circulation des personnes et des biens sur toute l'étendue du territoire béninois. Notre pays doit évoluer dans sa situation actuelle de pays de transit vers une véritable plate-forme de services logistiques et d'exportation», a soutenu le ministre des Infrastructures et des Transports, Hervé Héhomey.

Une épine enlevée grâce au PPP

La réhabilitation de la Route nationale n°3 a longtemps constitué une épine au pied des gouvernements successifs du Bénin. « Maintefois promise, jamais concrétisée ! », a rappelé Odile Marie Atanasso. Le « salut » est venu, cette fois-ci, d'un modèle de financement innovant fondé sur le Partenariat public-privé (PPP). La mobilisation des ressources financières nécessaires à la réalisation du projet a amené le gouvernement béninois à conclure avec EBOMAF, un partenariat public-privé, un marché d'un montant global de 161 milliards 287 millions 87 mille 621 F CFA. Le premier (l'Etat) apporte sa caution et sa garantie de remboursement.

Le second préfinance les travaux à travers une levée de fonds auprès d'un consortium de banques. « Le gouvernement a inscrit dans les projets-phares de son programme d'action, ces types de travaux qui participent au désenclavement et à l'intégration des peuples. Le PPP reste le mode innovant de leur réalisation, étant donné qu'aujourd'hui, les financements traditionnels deviennent de plus en plus rares. Seuls les PPP peuvent offrir une solution de financement à nos projets », a justifié Hervé Héhomey.

Il a ainsi invité les populations riveraines et les usagers de la route, à l'observation stricte des mesures de sécurité qui seront données, avant d'exhorter EBOMAF et tous les acteurs impliqués, à une réalisation des travaux dans les règles de l'art. « Notre mission est d'accompagner le programme de reconstruction du Bénin et nous sommes là pour apporter notre expertise et notre savoir-faire. Il s'agit en grande partie ici, de simples travaux de réhabilitation de la couche d'enrobée sur une distance de 255 km qui ne nécessitent pas la reprise des ponts et d'autres ouvrages qui accompagnent la construction d'une route neuve », a rassuré le PDG du Groupe EBOMAF Mahamadou Bonkoungou. Sur la question de ses capacités à financer de tels ouvrages dans le cadre du PPP, le PDG a levé toute équivoque. « Bientôt vous entendrez parler de EBOMAF à Rabat au Maroc.

Nous ne parlons plus de l'Afrique de l'Ouest, mais de la conquête de l'Afrique du Centre et du Nord. Notre société est déjà installée en France. Nous avons plus que des capacités pour conduire et réaliser de tels travaux », a-t-il soutenu. A propos de la polémique qui avait cours au Burkina Faso sur le PPP, M. Bonkoungou a invité la population et le gouvernement burkinabè à la tolérance, à regarder la « façon dont les autres pays de l'Afrique de l'Ouest se construisent et à emboîter le pas parce qu'ils sont de plus en plus rares, les bailleurs de fonds qui octroient encore des crédits sur 30 ans».

Burkina Faso

Ce que peut bien cacher l'attaque terroriste du restaurant Istanbul de Ouagadougou ?

Les événements tragiques survenus à Ouagadougou suite à l'attaque violente… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.