8 Août 2017

Cameroun: Torture de présumés jihadistes - Le Pentagone lance une enquête

Le Pentagone annonce une enquête au Cameroun après que les forces de ce pays ont été accusées de torturer de présumés jihadistes. Amnesty International affirme que les forces camerounaises ont maltraité des membres de Boko Haram, notamment sur une base militaire où sont stationnés des soldats américains, celle de Garoua, dans le Nord.

L'enquête de commandement devra établir si Africom savait. Le commandement qui chapeaute les opérations militaires américaines en Afrique ne le dit pas exactement en ces termes-là. Il dit plutôt que les enquêteurs devront déterminer si le commandement était au courant, en tout ou en partie, des allégations contenues dans le rapport d'Amnesty.

L'ONG signale une centaine de cas de torture dans une vingtaine d'endroits. Amnesty accuse au premier chef la Brigade d'intervention rapide et les services de renseignement. Contacté par RFI, Africom assure que des militaires américains en poste au Cameroun ne l'ont jamais informé d'éventuelles atteintes aux droits de l'homme.

Cette affirmation ne convainc pas Matthew Page, un ancien diplomate américain en poste au Cameroun : « Cette réponse est mensongère. Africom est au courant des allégations d'atteintes aux droits de l'homme au Cameroun qui figurent dans les rapports des agences américaines de renseignement et les rapports que le département d'Etat publie chaque année sur les droits de l'homme au Cameroun. »

« Africom, bien entendu, est un commandement basé en Allemagne. Ce qui se passe, au jour le jour, dans un pays comme le Cameroun, notamment au plan militaire, relève plutôt de l'ambassade des Etats-Unis sur place. On y trouve des responsables militaires (l'attaché militaire et d'autres officiers). Le personnel de l'ambassade a donc une très bonne idée de ce qui se passe, surtout l'ambassadeur, qui a été un fervent partisan du régime camerounais et des forces camerounaises dans les discussions internes, au sein du gouvernement américain, alors que les atteintes aux droits de l'homme par les forces camerounaises sont bien connues, et depuis longtemps. Il ne s'agit pas de nouvelles révélations », ajoute-t-il.

La loi américaine empêche le département de la Défense de venir en aide à une armée étrangère qui violerait les droits de la personne.

Cameroun

Catastrophe ferroviaire d'Eséka - Les membres du jury de la stèle à Yaoundé

A la tête de cette structure de 26 membres et 03 rapporteurs, Mouthar Ousmane Mey le secrétaire… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.