7 Août 2017

Tchad: Les indicateurs sont au rouge

Photo: Wikimedia Commons
Idriss Deby, président du Tchad

La crise post-électorale continue de plonger le Tchad dans une impasse socio-politique. Les activités tournent au ralenti dans tous les secteurs. Une conférence des partenaires financiers devrait se tenir à Paris.

Le marasme socio-économique frappe le Tchad depuis la réélection d'Idris Deby en août dernier. Une réélection contestée par l'opposition et suivie dans le pays par une vague de protestations et de grèves des fonctionnaires dans plusieurs secteurs clés comme la santé et l'éducation. L'effondrement des prix du pétrole sur le marché international a sensiblement aussi affecté l'économie du Tchad, qui dépend en grande partie des revenus pétroliers.

D'où les espoirs que suscite cette conférence des bailleurs dont les retombées devraient profiter à toute la nation selon Saleh Kebzabo, chef de file de l'opposition."Lorsque les partenaires du Tchad vont se réunir, il faudra qu'il y ait de fortes conditionnalités dans l'utilisation des ressources qui vont nous être octroyées. Vous savez que le système de prédation au sommet de l'Etat est le système courant. Dès qu'il y a un peu d'argent qui vient, il se volatilise très vite. Il faut que cet argent soit destiné au peuple tchadien, qu'il revienne le Tchad dans son entièreté qui doit être aidé, et non pas un régime qui a mis a plat le pays comme aujourd'hui."

Et pour donner la chance au dialogue inclusif, estime toujours Saleh Kebzabo, il faut inévitablement se parler sans faux fuyant face aux maux qui gangrènent le pays, y compris les violations des libertés publiques. "Imaginez-vous que la démocratie au Tchad, consiste à interdire les réunions. Même dans les lieux privés. Pas de meeting, pas de marche pacifique. On vous envoie des gaz lacrymogènes ou des militaires avec des balles réelles qui vont tirer sur vous."

Des accusations que rejette en bloc Mahamat Zene Bada, coordonnateur de la Majorité présidentielle. Toutefois, cet acteur politique affirme que le forum national reste un cadre officiel pour des échanges sans tabou.

"L'administration en général, l'Assemblée, peut-être une Ceni qui peut accompagner notre décentralisation lors des prochaines tables rondes, et se pencher aussi sur la question de la Fédération... "

L'opposition a d'ores et déjà mis en garde contre tout détournement des objectifs du forum. Dans un communiqué rendu public jeudi dernier, l'opposition demande un comité paritaire dont la mission sera d'organiser les assises nationales sous la supervision de la communauté internationale.

En savoir plus

Des proches de l'opposant Lokein Médar convoqués à la police judiciaire

Au Tchad, trois proches de l'opposant Lokein Médar, l'ancien maire de Moundou, sont convoqués ce lundi… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.