8 Août 2017

Sénégal: «Le Sénégal des enlisements - Critique d'un paysage politique», un ouvrage signé Ndéné Mbodj

Photo: rfiafrique
Des partisans de l'ex-président Abdoulaye Wade
revue litteraire

Le coordonnateur de la cellule de communication au niveau du Centre des œuvres universitaires de l'Université Gaston Berger de Saint Louis(Ugb), Ndéné Mbodj a dédicacé ce vendredi 4 août son ouvrage intitulé «Le Sénégal des enlisements : critique d'un paysage politique».

Edité chez l'Harmattan, le livre analyse le Sénégal en prenant comme prétexte les 12 ans du régime libéral de Abdoulaye Wade.

Ayant œuvré dans un mouvement social, Dr Ndéné Mbodj avait toujours eu l'idée d'apporter sa contribution, pour l'avancée du pays. Et c'est dans un ouvrage intitulé «Le Sénégal des enlisements : critique d'un paysage politique» édité chez l'Harmattan, que le coordonnateur de la cellule de communication au niveau du Centre des œuvres universitaires de l'Université Gaston Berger de Saint Louis(Ugb) a fait un «procès» des 12 ans du régime libéral. Toutefois, s'est empressé de dire l'auteur qui dédicaçait son livre ce vendredi 4 août au Centre de recherches ouest-africain (Warc), ces «12 ans n'ont rien avoir avec un discours ciblé».

A en croire Dr Ndéné Mbodj, il s'agit surtout d'un « prétexte » pour analyser le Sénégal. Dans le livre préfacé par le directeur du département communication de l'université Blaise Pascal de Clermont Ferrand, Eric Dacheux, dit l'auteur, «ce qui m'intéressait ce n'est ni l'ancien président Abdoulaye Wade encore moins les fondés de pouvoir qu'il avait autour de lui mais la manière dont le Sénégal a été géré». Et de poursuivre: «J'ai profité du livre pour parler du Sénégal, des appareils idéologiques de l'Etat, de l'Assemblée nationale, de l'agent, de la démocratie, des étudiants, de l'avenir du pays etc.»

Cependant, même si le régime libéral n'est qu'une approche, Dr Ndéné Mbodj ne s'est pas empêché de donner son avis sur le sujet. Selon lui, « s'il y'a une utilité dans les 12 ans de Abdoulaye Wade, ce sont les leçons qu'il a laissées aux sénégalais». Il donne comme exemple le comédien Koutia qui a agi en «toute liberté» pendant ce régime.

Abdoulaye Wade a aujourd'hui été remplacé à la tête de l'État, mais le coordonnateur de la cellule de communication au niveau du Centre des œuvres universitaires de l'Ugb ne retrouve toujours pas «son Sénégal de rêve» où les «hommes les plus valides, les citoyens les plus compétents gèreront la République». Pour cause, «je ne me sens pas bien dans mon pays puisque je suis convaincu que l'ensemble des compétences du pays ne sont pas mobilisées dans la construction du pays», a-t-il souligné. A cet effet, il propose un Sénégal plus démocratique et appelle les jeunes à revenir à eux-mêmes.

En savoir plus

Revoir le système électoral en vue du scrutin présidentiel

125 députés sur 165 pour le camp présidentiel, 19 députés pour la coalition de… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.