9 Août 2017

Tchad: Cinq enseignants blessés par balle pendant une opération de recensement

Au moins cinq enseignants ont été blessés par balles mardi 8 août au siège du ministère de l'Éducation nationale à Ndjamena. L'agent de sécurité qui a tiré a été arrêté et une enquête a été ouverte. Selon le ministre de l'Intérieur, il s'agirait d'un « tir de sommation raté ». Une enquête a été ouverte.

Un agent de protection a fait feu, mardi 8 août, alors que des centaines de professeurs se trouvaient au siège du ministère de l'Éducation, à Ndjamena, pour des démarches administratives dans le cadre du recensement en cours des enseignants. « Il y a eu un peu de désordre, un peu de débordement. Chacun voulait passer, chacun voulait déposer son dossier, qui ont provoqué des bousculades », explique à RFI le ministre tchadien de l'Intérieur, Ahmat Mahamat Bachir réagit au micro de Sabrina Bennoui.

L'agent de protection du contrôleur « a fait un tir de sommation, mais malheureusement il a raté ce tir de sommation, et il a causé des dégâts, il a blessé des enseignants ». Ahmat Mahamat Bachir précise par ailleurs que l'agent de protection a été arrêté et qu'une enquête a été ouverte « pour fixer les responsabilités ».

Les syndicats « choqués »

D'après des sources syndicales, après ces tirs à balles réelles, la police est intervenue et a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule. « Les blessés ont été transportés à l'hôpital. Je suis allé même à l'hôpital. J'ai trouvé quatre personnes. Il n'y a pas de blessés graves. Il y a eu un cas de fracture au niveau des jambes, parmi les blessés », rapportait dès mardi soir au micro de RFI Moussa Mahamat Nasradine, secrétaire général de la Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST).

« Vraiment, cela nous choque et cela nous touche. Comment peut-on traiter de cette manière un enseignant ? Ce sont des enseignants ! Ils tirent sur les enseignants », s'emporte le syndicaliste qui dénonce également l'intervention policière qui a suivi.

« Les policiers viennent, ils commencent à tirer des gaz lacrymogènes... On ne peut vraiment pas accepter des gestes comme cela. Personne n'a fait quelque chose contre la loi, ou bien en dehors des lois, pour être traité de cette façon », dénonce le secrétaire général de la Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST).

Tchad

Niger, Tchad, Mauritanie - Ce n'est pas un problème sécuritaire...

5 pays de l'Afrique de l'Ouest sont durement secoués par le terrorisme. 5 pays devenus une province de l'empire… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.