10 Août 2017

Cameroun: Huile de palme - Évitons les solutions trop faciles !

Depuis quelques jours, l'augmentation du prix de cession du kilogramme d'huile de palme brute fait les choux gras de la presse locale.

C'est à la faveur des nombreuses pressions faites au ministre du Commerce par certaines agro-industries, avec pour têtes de fil Socapalm, Pamol, Plantations Plc et CDC et une Organisation non gouvernementale dénommée « Observateur du développement sociétal » (ODS), qui aurait « des attaches » en haut lieu, notamment à la Primature.

Elles exigent l'augmentation du prix de cession du kilogramme de l'huile de palme brute de 450 FCFA à 550 voire 600 FCFA. Ceci afin, prétendent-ils, par mesure de protection des producteurs locaux et dans un souci de leur permettre de dégager des marges pour pouvoir continuer d'investir et développer davantage la production de l'huile de palme au Cameroun. Il est donc clair que c'est ainsi que ces acteurs de la filière huile de palme envisagent résoudre le problème que pose le déficit structurel de production de l'ordre de 130 000 tonnes par an que connait le Cameroun.

Une solution qui à sûr devrait entraîner une augmentation subséquente du prix de l'huile de palme raffinée sur le marché camerounais, alors que ce produit fait partie des produits de grande consommation dont les prix sont homologués par le ministère du Commerce.

Chose curieuse, les porteurs de cette exigence, à l'exemple de la Socapalm n'envisagent aucun plan d'investissement pour relancer la production d'huile de palme brute au Cameroun, au contraire cette agro-industrie s'est illustrée le planting de l'hévéa à la place du palmier à huile, avec les fonds obtenus du relèvement du prix de cession de l'huile de palme brute.

Alors, n'est-il pas un peu trop facile de vouloir résoudre un déficit structurel de production en réévaluant tout simplement le prix de cession du kg d'huile de palme, alors qu'on s'attendait plutôt que ces acteurs s'illustrent par des investissements tous azimuts pour booster la production locale. Il ne donc s'agit là que de la recherche d'un un peu trop gain facile.

Cameroun

L'agresseur d'un policier rattrapé à Douala

Robert Ying Dapsia avait poignardé un gardien de la paix 2ème grade à la gare ferroviaire a… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.