11 Août 2017

Afrique de l'Ouest: Lancement du programme d'urgence pour le Sahel burkinabé - Attention aux dealers !

Le 4 août dernier, le gouvernement burkinabè a procédé au lancement, à grand renfort de publicité, du Programme d'urgence pour le Sahel (PUS) de notre pays.

D'un montant global de plus de 450 milliards de F CFA, ce programme prévoit, entre autres, la construction d'écoles, de collèges et lycées, la construction et l'équipement de centres de santé, la formation des jeunes, la réalisation de barrages et de forages sans oublier l'acquisition de matériel de sécurité pour renforcer les capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité. Franchement, pour un programme ambitieux, c'en est un.

C'est pourquoi je rends un hommage appuyé au gouvernement pour cette initiative qui tombe à pic, étant donné que les djihadistes étaient, à petits pas, en train de mettre sous coupe réglée cette partie de notre pays, où presque chaque fin de semaine apporte son lot de mauvaises nouvelles.

Car, quand ce n'est pas un conseiller qui est abattu, ce sont les FDS qui font l'objet d'attaques de la part d'individus armés qui, une fois leur objectif atteint, disparaissent dans la nature. Et le terreau leur semblait fertile, puisqu'ils exploitent la misère des populations pour gagner leur adhésion, tant et si fait qu'en peu de temps, ils avaient presque, infecté toute la zone sahélienne du Burkina.

Pour toutes ces raisons, je pense que le gouvernement a vu juste en coupant l'herbe sous les pieds de ces marchands d'illusions qui ont fait le choix de semer la terreur sur leur passage.

Et je suis convaincu que la réalisation du PUS contribuera énormément non seulement à booster le développement local en prenant en compte les préoccupations des populations, mais aussi à désenclaver le Sahel burkinabè qui paraissait, à tort ou à raison, une zone abandonnée à elle-même. Car, il faut le dire, ici comme ailleurs, le terrorisme se nourrit de la pauvreté. Et comme le dit l'adage, elle (la pauvreté) est la mère de tous les vices.

Le gouvernement ne doit pas se contenter des rapports

Et en attaquant donc le mal à la racine, le gouvernement fait preuve de bonne foi et d'engagement dans sa volonté de lutter efficacement contre le terrorisme qui, on le sait, résiste au tout militaire. C'est tout à son honneur. Seulement, j'ai de sérieuses appréhensions. Car, très souvent, de pareils programmes se révèlent par la suite être des éléphants blancs.

On annonce de belles réalisations, mais au final, on ne voit rien sur le terrain, pour la bonne raison que quelques individus véreux ont fait main basse sur les fonds alloués pour se construire qui, des châteaux à Ouaga 2000, qui pour se payer une voiture de luxe ; qui, pour entretenir une maîtresse logée dans un quartier chic de Ouagadougou.

Certains croiront que je parle dans le vide. Or, c'est du déjà vu au Burkina Faso, pays des Hommes dits intègres. C'est parce que même devenu fou, je me suis donné une certaine prudence. Sinon, je pouvais vous citer quelques exemples, avec des noms à l'appui.

Mais, je m'en abstiens pour le moment. Seulement, que ceux qui se sentiront morveux se mouchent. En tout cas, laissez-moi vous dire qu'ils sont nombreux ces gens haut placés qui, à l'issue du lancement du PUS, ont commencé à faire des calculs. Ils essaient déjà d'estimer combien ils pourront dealer. C'est pourquoi j'en appelle à la vigilance.

Car, comme l'avait si bien relevé un haut responsable du parti au pouvoir, le gouvernement ne doit pas se contenter des rapports qui, le plus souvent, ne reflètent pas la réalité du terrain. Et la coordonnatrice provinciale des femmes du Soum pouvait-elle mieux dire, lorsqu'appelant la société civile à la vigilance, elle interpelait les plus hautes autorités du pays en ces termes : «

Nous attendons du gouvernement, la réalisation effective de tout ce qui est prévu dans le programme ». Je suis entièrement d'accord avec elle. C'est pourquoi je promets la tolérance zéro à l'encontre de tous les dealers.

Afrique de l'Ouest

Etats-Unis - Condamnation pour un ex-rebelle impliqué dans la guerre civile au Liberia

Aux Etats-Unis se tenait le procès de l'ancien rebelle libérien Mohammed Jabateh. Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.