10 Août 2017

Togonews (Lomé)

Afrique: Accélérer l'industrialisation du continent

Photo: Togonews
Agoa 2017 - La salle de conférence où s'est déroulé le forum de l'AGOA

Le forum de l'Agoa s'est achevé jeudi à Lomé sur un certain nombre de recommandations destinées à relancer la coopération économique entre les Etats-Unis et l'Afrique.

Les responsables américains ont encouragé les Etats bénéficiaires à accélérer l'industrialisation et à réformer leurs économies en profondeur.

Il a été recommandé une plus grande intégration régionale africaine grâce à des initiatives comme la Zone de libre-échange continentale (ZLEC),

Les pays éligibles sont invités à adopter une position commune dans leurs relations commerciales et d'investissement avec les États-Unis.

Les autorités américaines se sont engagées à étendre leur appui aux membres de l'Agoa via l'Accord de facilitation économique (AFE) de l'OMC, en particulier en faveur de ceux qui n'ont pas accès au littoral pour réduire les coûts commerciaux et faire circuler les marchandises librement d'un Etat à l'autre. Seule moyen de promouvoir l'intégration de l'Afrique dans l'économie mondiale.

Défis et solutions pour la mise en œuvre de l'AGOA

1. Les pays de l'AGOA restent largement exportateurs de produits primaires y compris, sans toutefois s'y limiter, les produits de l'agriculture. Pour cela, l'industrialisation est nécessaire pour augmenter la valeur ajoutée et changer la structure de nos économies.

2. Il est également nécessaire d'améliorer la coopération en matière de normes ainsi que les mesures sanitaires et phytosanitaires afin de surmonter les problèmes liés au commerce des denrées alimentaires et d'autres produits agricoles liés au commerce mondial.

3. Il existe une demande pour divers produits aux États-Unis. Cependant, les pays de l'AGOA ne peuvent pas facilement exporter vers le marché américain à cause des normes strictes en vigueur.

Les bénéficiaires de l'AGOA doivent entreprendre des études de marché approfondies et produire des produits répondant aux normes américaines. En outre, les États-Unis sont encouragés à continuer de renforcer les capacités pour surmonter les obstacles non tarifaires existants dans un délai de 3 à 5 ans.

4. Promouvoir la recherche clinique en Afrique tout en protégeant nos ressortissants souvent utilisés dans les essais cliniques afin d'assurer une solution locale pour faire face aux défis spécifiques à l'Afrique.

5. Nous appelons la CEA, en collaboration avec les organismes du Gouvernement américain, à promouvoir l'échange des meilleures pratiques de l'AGOA par l'organisation régulière d'ateliers.

6. Encourager la mise en place d'un comité consultatif composé de représentants du Groupe des ambassadeurs africains (GAA), de l'USTR, du Département américain du commerce, Département américain de l'agriculture à Washington DC pour surveiller toutes les questions liées à l'AGOA selon des termes de référence convenus entre toutes les parties prenantes. Le comité s'engagera avec le secteur privé et la société civile des deux côtés.

7. L'Afrique devrait mettre en évidence l'importance de la sécurité afin d'améliorer le commerce.

8. Renforcer l'accent sur : a. Les liens entre investissement, développement industriel et commerce et ; b. Les efforts pour attirer les investisseurs américains et étendre les investissements américains au-delà de la concentration actuelle dans le secteur minier.

9. Les bénéficiaires de l'AGOA sont encouragés à tirer le meilleur parti de la présence des hubs du commerce et de l'investissement situés en Afrique afin de diversifier leurs secteurs d'exportation.

10. Pour ce qui est de la propriété intellectuelle (PI), la Commission de l'Union africaine (CUA) est encouragée à collaborer avec les institutions pertinentes telles que l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) afin d'assurer une approche de développement de la propriété intellectuelle et de renforcer la capacité dans le continent.

Fondamentalement, les politiques doivent contribuer au programme de transformation économique, préserver la biodiversité africaine et les connaissances traditionnelles, entre autres.

11. Soulignez l'importance de l'espace politique pour promouvoir la transformation structurelle du continent africain.

Concernant l'intégration régionale

1. Les relations commerciales et d'investissement avec les États-Unis devraient soutenir les efforts du continent pour s'industrialiser conformément à l'Agenda 2063 et contribuer à l'intégration régionale. Les problèmes de politique devraient être basés sur la coopération et ne devraient pas limiter l'utilisation des outils stratégiques clés dont l'Afrique a besoin pour s'industrialiser.

2. Renforcer le programme d'intégration régionale africaine grâce à des initiatives telles que la Zone de libre-échange continentale (ZLEC), compte tenu des résultats des CER, qui aborderont les coûts commerciaux, stimuleront le commerce intra-africain, favoriseront le développement des chaînes de valeur régionales et stimuleront le développement industriel.

Cela augmentera l'utilisation des préférences de l'AGOA et étendra les bénéfices à un plus grand nombre de pays africains. En outre, il est nécessaire que les pays africains adoptent une position commune dans leurs relations commerciales et d'investissement avec les États-Unis.

En ce qui concerne l'examen hors cycle des pays éligibles à l'AGOA

1. Rappelons que l'AGOA est une loi du Congrès pour promouvoir le commerce et l'investissement bidirectionnels qui favorisent le développement durable ainsi que l'intégration régionale.

Rappelons que l'examen hors cycle fait partie intégrante de la législation de l'AGOA cependant, cet examen hors cycle ne devrait pas être utilisé d'une manière qui nuirait à l'esprit de l'AGOA.

2. Les États-Unis sont invités à considérer les questions légitimes de politique publique en Afrique dans l'examen des demandes pour les examens hors cycle.

Pour le gouvernement des États-Unis

1. Demander aux agences du Gouvernement des États-Unis d'étendre le soutien aux pays éligibles à l'AGOA pour la mise en œuvre de l'AFE de l'OMC, en particulier les pays qui n'ont pas accès au littoral, pour réduire les coûts commerciaux et faire circuler les marchandises à travers les frontières et promouvoir l'intégration de l'Afrique dans l'économie mondiale.

La coopération sur les AFE doit se fonder sur des programmes convenus au niveau de la Communauté économique régionale afin de promouvoir l'intégration régionale.

2. Encourager le Gouvernement des États-Unis à ne pas réduire le budget de l'USAID dans le but de faciliter les ressources pour que les pays maximisent leurs stratégies d'utilisation de l'AGOA. 3. Étant donné que l'Afrique fait actuellement des progrès réguliers vers l'intégration régionale continentale, il y a un consensus sur le fait que ces actions faciliteront l'intégration du continent dans les chaînes d'approvisionnements mondiaux et les réseaux de distribution. À cet égard, nous appelons nos partenaires américains à soutenir ces efforts.

4. Demander aux États-Unis de ne pas mettre en œuvre des examens hors cycle d'une manière qui nuirait à l'esprit de l'AGOA vu qu'il repose sur la prévisibilité et la certitude.

5. L'Afrique fait des progrès vers l'intégration continentale, nous appelons les États-Unis à soutenir le programme d'intégration régionale afin de promouvoir l'intégration de l'Afrique dans l'économie mondiale.

En savoir plus

Comment le Togo compte tirer profit de l'Agoa

Le 16e forum annuel de l'Agoa s'est achevé jeudi après-midi à Lomé. Plus »

Copyright © 2017 Togonews. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com).

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.