10 Août 2017

Burkina Faso: Examen périodique universel - Le Burkina prépare son 3e passage en 2018

Le comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations de l'Examen périodique universel (EPU) tient, les 10 et 11 août 2017 à Ouagadougou, une session pour examiner et amender un projet de rapport national des droits humains relatif au 3e passage du Burkina Faso en 2018.

Le Burkina Faso s'active pour présenter un rapport national des droits humains, en 2018, devant l'Organisation des Nations unies (ONU), dans le cadre de son troisième passage à l'Examen périodique universel (EPU).

Ce mécanisme d'évaluation par les pairs, institué en 2006, permet d'examiner régulièrement la situation des droits humains dans les pays-membres de l'ONU. Dans cette dynamique, le projet de rapport national des droits humains, dont le contenu n'a pas été dévoilé à la presse, a été rédigé par un comité restreint d'experts.

Ce document va retenir particulièrement l'attention de la vingtaine de membres du comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations de l'EPU, qui vont l'examiner et l'amender, au cours de la session organisée, les 10 et 11 août 2017, à Ouagadougou.

Au regard des enjeux, le président de ladite structure, le Secrétaire général (SG) du ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique (MJDHPC), Paulin Bambara, dit attendre beaucoup de la rencontre.

« J'attends des contributions pertinentes qui permettront au comité de rédaction d'améliorer le contenu et la forme du projet de rapport », a-t-il dit, exhortant les membres du comité à examiner « avec minutie » et « sans complaisance » le document afin d'y apporter les amendements nécessaires.

Pour M. Bambara, le comité qu'il dirige a un « rôle déterminant » dans le processus d'élaboration du rapport national pour l'EPU dans la mesure où il lui revient de faire les orientations nécessaires au comité de rédaction et s'assurer le contrôle-qualité dudit rapport. Il s'est par ailleurs prononcé sur la situation des droits humains en terre burkinabè.

« La situation des droits humains au Burkina est à l'image de celle dans le monde. Notre pays ne fait pas exception à cette période difficile que le monde dans sa lutte contre le terrorisme et la criminalité internationale.

Mais le Burkina a courageusement ratifié presque l'ensemble des instruments internationaux en matière de droits humains et s'attelle à leur mise en œuvre, avec ses moyens et une grande volonté de réussir ce pari », a relevé le SG.

Sur l'ensemble des instruments évoqués, il a signifié que de grands efforts ont été faits, avec tout de même des sacrifices supplémentaires à consentir pour leur mise en œuvre optimale.

A l'issue de son amendement, le projet de rapport national sur les droits humains relatif au 3e passage à l'EPU va être examiné par un comité interministériel avant son adoption en Conseil des ministres.

Burkina Faso

Guillaume Soro - «Salif Diallo et moi étions réconciliés»

«Je viens d'apprendre la douloureuse nouvelle du décès de mon Ami et Frère Salif Diallo,… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.