12 Août 2017

Kenya: Elections - Emeutes dans certains quartiers acquis à Raila Odinga

Au Kenya, c'est sans surprise que la Commission électorale a annoncé, vendredi 11 août, la réélection du président kényan, Uhuru Kenyatta. Il entame ainsi un second mandat et appelle son pays à l'unité pour aller de l'avant. De son côté, son opposant, Raila Odinga qui dénonçait des fraudes dans le scrutin, a appelé au calme. L'annonce de la victoire de Kenyatta s'est soldée par des scènes de liesse dans son camp. En revanche, dans le bastion des opposants, des violences ont éclaté et le bilan, ce samedi 12 août, est de 3 morts.

La plupart des quartiers de Nairobi sont calmes ce samedi. Les rues sont moins animées que d'habitude mais il n'y a pas d'incidents notables à signaler. Par contre, dans les bidonvilles de la capitale, c'est une toute autre histoire.

A Kibera, par exemple, des émeutes sont en cours depuis ce samedi matin, du côté du site d'Olympic, là où l'opposant Raila Odinga a voté, mardi. C'est un de ses fiefs. Ses supporters crient « Pas de Raila, pas de paix » ou encore « Justice par le sang ».

Là-bas, les forces de police sont déployées en grand nombre et tentent de contenir les manifestants à l'intérieur du bidonville à l'aide de canons à eau, de gaz lacrymogènes mais aussi en tirant à balles réelles. Impossible, pour l'instant, de savoir s'il y a eu des victimes.

Kibera est en partie bouclée. Des hélicoptères de la police survolent la zone et des leaders politiques de l'opposition ont annoncé qu'ils allaient se rendre sur place, ainsi qu'à Mathare, un autre bidonville de Nairobi, pour parler aux protestataires.

A la mi-journée, le ministre de l'Intérieur a fermement démenti que la police ait tiré sur des manifestants pacifiques. Par contre, Fred Matiangi a indiqué que les criminels qui se livraient aux pillages et aux destructions se verraient opposés à une force proportionnelle à leurs attaques. Il n'a donné aucun bilan.

Vendredi, après la victoire du président Kenyatta, un leader de la Nasa, coalition de l'opposition, James Orengo, a remis en cause l'impartialité des observateurs internationaux, ajoutant que l'opposition ne ferait pas de recours en justice et qu'aucune force ne pouvait aller contre celle du peuple.

« Des propos irresponsables », a réagi une source diplomatique.

Kenya

Présidentielle au Kenya - L'opposition saisit la Cour suprême

Au Kenya, l'élection présidentielle du 8 août est officiellement contestée. La coalition du… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.