12 Août 2017

Cameroun: Le gouvernement joue sa partition

Plusieurs programmes mis en place pour améliorer la condition de la jeunesse camerounaise.

En septembre 2015, 192 Etats membres de l'ONU dont le Cameroun ont adopté 17 Objectifs pour le développement durable (ODD), à réaliser d'ici 2030. De l'éradication de la pauvreté et de la faim à l'accès à la santé, à l'éducation de qualité, à des emplois décents, en passant par des égalités entre les sexes et la réduction de l'inégalité à la consommation responsable, sans oublier la lutte contre le changement climatique... Ces ODD couvrent l'ensemble des activités humaines luttant contre la pauvreté, protégeant la planète et garantissant la prospérité.

Une large gamme de défis que les jeunes, pierre angulaire de tous les pays, doivent plus que jamais contribuer à relever. Au Cameroun, les jeunes constituent le fragment le plus important de la population et sont exposés pour la plupart au chômage et parfois à la misère : 13% de taux de chômage enregistré en 2011 d'après l'Institut national de la statistique, 78,8% de sous-emploi en milieu rural et 55,7 % en zone urbaine. Sans oublier l'analphabétisme qui sévit encore de manière sensible au sein des populations et aussi la prise en charge sanitaire approximative de cette catégorie sociale face à certaines grandes pandémies.

En réponse à leurs préoccupations, le gouvernement a décidé de mettre les bouchées doubles en les dotant d'outils appropriés pour renforcer l'efficacité de leur participation au développement. C'est ainsi que d'importants programmes et projets spécifiques de mobilisation, de formation et d'insertion socio-économique sont développés en faveur de la jeunesse. Ceci en collaboration avec les partenaires au développement, notamment dans les domaines de l'éducation, de la santé et de l'emploi. Il s'agit entre autres pour ce qui est de l'éducation, de la Stratégie sectorielle qui est exclusivement tournée vers l'option d'une plus grande professionnalisation des enseignements. Cela dit, le domaine de l'éducation enregistre une amélioration du taux de scolarisation qui est passé de 76,3% à 78,8%.

Dans le domaine de la santé, le ministère de la Santé publique a procédé récemment à l'ouverture des cliniques pour adolescents sur toute l'étendue du territoire. Le Projet de prévention primaire des IST/VIH/Sida chez les jeunes, mis en place par le ministère de la Jeunesse et de l'Education civique, vise à prévenir la transmission de ces affections. Pour ce qui est de l'emploi, plusieurs programmes soutenus par le gouvernement ont vu le jour à l'instar du programme d'appui à la jeunesse rurale et urbaine (PAJER-U). Celui-ci ambitionne de placer en emploi salarié 2 000 jeunes, de soutenir 1 500 micro-activités et 125 juniors entreprises à hauteur respectivement d'un million et de de 25 millions de F chacune.

L'explication

Marien Ngosso Melono: "il ya des initiatives à encourager"

Directeur du Salon international de la jeunesse.

Un salon international de la jeunesse, la veille de la Journée internationale de la jeunesse. Occasion de promouvoir cette célébration peu connue au Cameroun ? Il n'y a pas de développement durable sans jeunesse. Ceux qui doivent implémenter l'émergence à l'horizon 2035 au Cameroun, ce sont les jeunes. Il n'y a pas d'opportunisme là-dedans. Il est juste question pour nous d'assumer les responsabilités qui sont les nôtres. Le Salon international de la jeunesse (SIJ) a été créé pour donner un cachet particulier à la Journée internationale de la jeunesse (JIJ), qui est peu connue au Cameroun. En 2014, le secrétaire général des Nations unies avait demandé aux jeunes de penser des activités pour marquer la JIJ.

Quels sont les faits d'armes de votre mouvement depuis sa création ? Nous avons mené beaucoup d'actions de volontariat, de formation, de renforcement des capacités des jeunes en développement durable et en entreprenariat. L'événement d'aujourd'hui (hier, ndlr) n'est que l'aboutissement de ce travail. Le Salon est déjà une action concrète. Il intègre les conférences et les ateliers où les jeunes apprennent les enjeux des Objectifs pour le développement durable. On leur explique pourquoi on est passé des OMD aux ODD afin qu'ils s'engagent véritablement dans cette politique mondiale. Nous apprenons notamment aux jeunes à fabriquer du biogaz, le charbon écologique qui protège l'environnement. Le Salon ne s'illustre pas seulement par des expositions.

Dans quels secteurs d'activités vos membres agissent-ils sur le terrain ? Le développement durable est un secteur qui englobe tous les secteurs : l'agriculture, l'énergie, etc., tout est concerné par le développement durable. Le Salon existe depuis 2015. Il a été d'abord question de penser ce projet et de le mettre en place, puis de convaincre les autorités. L'an dernier nous avons réalisé « Entre nous jeunes ». Le ministère de la Jeunesse nous accompagne. Et dans les jours à venir, les choses vont aller mieux en termes de réalisation d'autres projets. Dans notre mouvement, il y a des initiatives à encourager. A Penja, dans le Moungo, une association membre-organisateur du SIJ a fabriqué le biogaz et le charbon écologique. Elle mène d'autres activités dans la protection de l'environnement.

Cameroun

Elle vide le domicile d'un chaud lapin

La scène s'est produite en début de semaine et la victime ne s'en remet pas toujours de s'être… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.