12 Août 2017

Congo-Brazzaville: Santé - Des médicaments génériques pour réduire le coût des produits pharmaceutiques sur le marché

La cherté de certains produits vendus en pharmacie pousse certaines personnes à recourir aux médicaments dits de la rue qui représentent un danger pour leur santé. Les populations estiment que faute d'argent ils seraient l'ultime solution pour faire face à certaines maladies endémiques comme le paludisme, la grippe, la diarrhée et la toux.

« À la pharmacie les produits contre le paludisme coûtent les yeux de la tête. Or dans la rue, on en trouve deux fois moins cher et on peut même marchander », explique un patient. « En vue de palier cet état de chose, il serait souhaitable d'encourager la vente des médicaments génériques en pharmacie », a-t-il souhaité.

L'ordre des pharmaciens du Congo, qui en a fait son cheval de bataille, devrait également tenir compte du niveau de vie du Congolais moyen, qui de manière générale ne trouve pas l'équilibre entre l'achat de produits de santé et son besoin de maintenir coûte que coûte sa santé en bon état.

Le président de l'ordre des pharmaciens, le docteur Hyacinthe Ingani, était en proie au problème de la vente illégale des médicaments, aussi bien dans les marchés que dans la rue. Dans la capitale, une étude récente avait montré l'existence de 400 étalages pharmaceutiques au marché Total à Bacongo et 300 au marché Miadéka à Ouenzé. En toute illégalité.

A ces dérives s'ajoute l'immixtion des ONG dans le domaine pharmaceutique et médical. "La pauvreté des populations, le manque d'information et le problème global de la gouvernance de l'Etat constituent des facteurs aggravants de la situation sanitaire au Congo", ont déclaré les présidents des deux ordres nationaux des médecins et des pharmaciens du Congo dans une conférence de presse animée un 16 novembre à l'ex-hôtel méridien de Brazzaville.

Outre l'opération de coup de poing contre les illégaux qu'ils avaient décidé de lancer avec les forces de l'ordre, les présidents des ordres des médecins et des pharmaciens se proposaient de lever en urgence l'interdiction qui leur avait été faite par les pouvoirs publics de prescrire des médicaments génériques aux malades.

Cette approche devrait entrainer nécessairement une refonte de l'actuelle mosaïque des prix. L'objectif est de permettre à chaque consommateur, quel que soit son statut social, de pouvoir se soigner sans difficultés. Il convient d'associer étroitement les pharmaciens ou propriétaires de pharmacies et les consommateurs dans la recherche de solutions aux problèmes du coût. Il faut donner aux citoyens les informations nécessaires pour leur permettre de faire les meilleurs choix, et il est indispensable de sensibiliser davantage les consommateurs à l'importance d'utiliser les médicaments de manière réfléchie. Enfin, il est impératif de créer en priorité un dispositif de pilotage de la politique hospitalière au Congo.

Le coût élevé des produits pharmaceutiques au Congo est trop longtemps resté secondaire face aux autres préoccupations de la vie du congolais. Sujet oublié et négligé, il constitue pourtant un réel enjeu tant individuel que collectif pour les quatre millions de Congolais. Il faut une prise de conscience par les pharmaciens du coût du médicament au Congo. Il est urgent de faire le constat du coût exorbitant des soins avant de chercher à réprimander les ventes dans la rue.

En conclusion, pour ceux qui voudront bien l'entendre, lorsqu'il s'agit de menaces, il conviendrait d'appliquer ce que l'on appelle le « principe de précaution », plutôt que de se cantonner à user de la force.

Congo-Brazzaville

Sécurité - Tripartite RDC-Congo-Angola à Brazzaville

Les présidents de la RDCongo, du Congo et de l'Angola se sont retrouvés samedi à Brazzaville pour… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.