13 Août 2017

Afrique du Nord: 19,4 tonnes d'or ont transité illégalement entre la Tunisie et la Turquie

A cet égard, les circuits de transit illégal d'or entre la Turquie et la Tunisie sont très actifs et les quantités d'or transitant illégalement via le pays ont atteint 19,4 tonnes entre 2012 et 2014.

Dans son rapport intitulé « Evaluation nationale des risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme/ avril 2017», la Ctaf a souligné la nécessité de mettre en place un guide de procédures relatif à la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme dans le secteur bancaire et les métiers non financiers avant la fin de 2017, vu l'ampleur prise par les affaires relatives au trafic de métaux précieux dont les quantités saisies (or) ont atteint en 2015, 43 kg d'une valeur de 15,387 millions de dinars.

La Ctaf a également évoqué les dépassements relatifs à la commercialisation de l'or mélangé avec du cuivre, du fer et d'autres matières, à la falsification du poinçon de maître et au non-respect des différents standards de mesure et de vente d'or aux particuliers.

Elle a par ailleurs considéré que le secteur de l'or en Tunisie est exposé à de «grandes menaces» dues essentiellement», à la mauvaise organisation du secteur, à la fragilité de la situation géopolitique régionale, et à l'ampleur prise par le phénomène de la contrebande d'or par rapport au niveau des réserves nationales de cette matière; lesquelles ne dépassent pas les 6,8 tonnes.

Selon les données du Conseil mondial de l'or, la Tunisie occupe le 78e rang mondial et 12e rang arabe, avec des réserves de 6,8 tonnes, tandis que l'Algérie occupe la troisième place arabe et 25e mondiale (173,3 tonnes), la Libye est classée 31e mondiale et 4e arabe avec des réserves de 116,6 tonnes. Alors que la Turquie dispose de 516,7 tonnes de réserves.

La commission a souligné que le secteur de l'or, qui compte 6 mille artisans et 400 collaborateurs, lesquels s'approvisionnent en or auprès de la BCT, fait face à l'absence de contrôle et de suivi des opérations suspectes ainsi que de la vérification de l'identité du bénéficiaire, outre l'absence des déclarations et le recours aux transactions cash, d'où des difficultés à avoir la traçabilité de l'argent.

Tunisie

Trois décès causés par le virus H1N1

«Nous n'en sommes pas encore au stade d'épidémie, explique le Dr Amine Slim, responsable de… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.