12 Août 2017

Cameroun: Un pays sans Ancêtre (s) - Le problème anglophone et la question de l'unité nationale

L'hymne national camerounais commence par la phrase «O Cameroun, berceau de nos ancêtres», mais il est intéressant de constater qu'il est difficile d'identifier un ancêtre ou des ancêtres réels au Cameroun. Or, aucun pays ne fonctionne correctement sans pratique institutionnelle d'enterrement et de commémoration.

Un pays en activité normale a besoin de son propre Panthéon et de ses Champs Elysées comme hommage aux Grecs en tant que véritables pères fondateurs de notre démocratie moderne. Après tout, l'inhumation et la commémoration sont essentielles pour la fonction psychique du pays, le partage communautaire, la refondation perpétuelle et le renouvellement du pays. C'est pourquoi l'historien français Patrick Boucheron affirme que la politique moderne n'est qu'une autre forme de religion laïque.

Ainsi, ce culte des ancêtres permet de distinguer pouvoir et domination. Tout d'abord, il n'y a pas de pouvoir sans sacrifice, la fonction du héros étant d'offrir son sacrifice en tant qu'acte fondateur du pays. Deuxièmement, le pouvoir exige toujours le consentement alors que la domination ne l'exige pas. Par conséquent, dans des démocraties, telles que les États-Unis, des jours fériés et réservés sont consacrés à ces rites commémoratifs qui manifestent l'engagement perpétuel pour les idéaux démocratiques: le Président Day, le week-end commémoratif (Mémorial Day), le Martin Luther King Day et le Lincoln Mémorial. Au Cameroun, ce jour est le 20 mai, fête nationale de l'unité Camerounaise. Cependant, il n'y a pas de corps sacrificiel unificateur au fondement de cette fête nationale.

Techniquement, le 20 mai au Cameroun célébrerait la journée Ahmadou Ahidjo et John Ngu Foncha en tant que pères de l'unité nationale camerounaise. Cependant, c'est là que les problèmes commencent. John Ngu Foncha est considéré avec scepticisme par les Camerounais Anglophones pour avoir brader le fédéralisme camerounais au profit d'une unité nationale qui en effet subordonne la partie anglophone du pays au gouvernement central de Yaoundé.

D'autre part, Ahmadou Ahidjo n'est pas considéré comme père de la nation au moins pour deux raisons essentielles. La première est que, pour établir son pouvoir, le président Paul Biya a dû tuer son père symbolique et empêcher son corps d'être enterré sur sa terre natale, craignant que la tombe d'Ahidjo ne se révèle être un mémorial célèbre par de nombreux Camerounais.

Deuxièmement, la question de l'inévitabilité historique est aussi centrale. Il y a beaucoup de héros historiques Camerounais qui pourraient être qualifiés de pères de la nation comme Rudolph Douala Manga Bell, Martin Paul Samba, Sultan Ibrahim N'joya, Felix Moumié, M'podol Ruben Um Nyobe, Ernest Ouandie, Osende Afana et Abel Kingue etc. Cependant, institutionnaliser l'un de ces héros va de facto dé-légitimiser la revendication historique de l'UNC-RDPC au pouvoir depuis l'independance du premier janvier 1960.

Pendant ce temps, sans aucun ancêtre institutionnel en vue de rallier le pays et réchauffer constamment l'unité nationale et l'esprit démocratique, les idéaux de l'unité nationale se sont transformés en politiques tribales et en coalitions d'intérêts concurrents basés sur des rigidités idéologiques. À cela se superpose une polarisation extrême fondée sur des tactiques brutales parce que la politique tribale est toujours un jeu à somme nulle où le gagnant prend tout. Ainsi donc la politique se transforme en survie existentielle, ce qu'Achille Mbembe appelle «nécropolitique» où la souveraineté repose sur la notion de qui doit vivre et qui devrait mourir.

Est-ce cela le Cameroun que nous voulons pour nos enfants?

Cameroun

« Mercy Ships » - Déjà 3000 patients recensés

Le bateau hôpital officiellement accueilli hier, 17 août, va recevoir dès lundi prochain. Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.