13 Août 2017

Tunisie: Faits anodins

Avec les fortes chaleurs des derniers jours et le recours des Tunisiens à toutes sortes de moyens pour « se rafraîchir la vie », la consommation d'électricité atteint des niveaux inquiétants. La Steg ne cesse de mettre en garde et d'inviter les citoyens à modérer leur consommation, notamment en mesurant l'intensité de leurs climatiseurs. Mais des observateurs ont constaté que dans plusieurs artères de la capitale, l'éclairage public n'a pas été coupé, en plein jour. Une photo circule sur le web montrant des réverbères allumés à 14h. D'autres attestent que certaines administrations restent allumées et leurs climatiseurs en marche, même après les heures de fermeture. S'agit-il d'oubli ou de gestes délibérés ?

Chawki Tabib, le président de l'Instance de lutte contre la corruption, a annoncé mercredi dernier qu'« une grande société renommée, bien connue dans la région du Sahel, spécialisée dans la distribution de la viande aux collectivités, a été épinglée en train de vendre de la viande avariée issue de bétail crevé ou atteint de tuberculose à des casernes militaires et des restaurants universitaires et cantines scolaires ». D'après lui, ce trafic se faisait avec la complicité des services du contrôle vétérinaire au niveau des abattoirs. L'appât du gain va-t-il jusqu'à vouloir attenter à la santé des militaires, des étudiants et des écoliers ? Ou est-ce délibéré ?

Des tonnes de phosphate ont été déversées aux abords de la route entre Oum Lâarayes et Gafsa. Il semble qu'il s'agit de camionneurs indélicats chargés du transport de cargaison du bassin minier aux usines du Groupe chimique à Gabès, et qui, à la faveur du premier pépin mécanique, n'hésitent pas à déverser le contenu de leur benne sur le bord de la route, prétextant la panne, et appelant la dépanneuse, pour les ramener chez eux, et encaisser leur paie pour un travail qu'ils n'auront jamais accompli. Pourquoi n'utilise-t-on pas le transport par train, beaucoup plus sûr et moins coûteux ? Et ces camionneurs, coupables d'un crime économique s'en sortiront-ils impunis ?

Des unités de la douane ont saisi, mardi dernier, au poste frontalier de Ras Jedir, une somme d'argent en devises de 1 million 250 mille euros, soit environ 4 millions de dinars tunisiens. Cet argent était dissimulé dans le véhicule du citoyen libyen qui se rendait à Tunis. Pour quoi faire ? Pour approvisionner des terroristes ? Une enquête est en cours.

Autre fait pour le moins insolite : un mendiant s'étant présenté dans un café, a demandé l'aumône à trois clients. Devant la réponse négative des trois clients, le mendiant, mécontent, leur a craché dessus. Quittant le local et constatant que les clients le regardaient d'un œil réprobateur, il s'est retourné et a craché par terre en les toisant.

Mais bon ! Puisqu'on vous dit que c'est anodin, pourquoi chercher la « petite bête » ?

Tunisie

Slim Riahi va saisir la justice

Nous avons attendu en vain une action du ministère public pour un retour à l'ordre, a-t-il ajouté… Plus »

Copyright © 2017 La Presse. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 150 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.