14 Août 2017

Congo-Kinshasa: Pillage du pays - Luzolo Bambi saisit de nouveau le PGR !

Apparemment infatigable, Emmanuel Luzolo Bambi Lessa, Conseiller Spécial du Chef de l'Etat en Matière de Bonne Gouvernance et de Lutte contre la Corruption, le Blanchiment des Capitaux et le Financement du Terrorisme, vient de saisir, pour la énième, le Procureur Général de la République contre un nouveau groupe de pilleurs du pays.

Dans une correspondance datée du 04 août 2017, il fait état d'une liste reprenant des auteurs présumés de malversations financières, de détournements des deniers publics, de corruption, de fraude fiscale et douanière, etc.

A l'en croire, il s'agit d'un travail sérieusement documenté réalisé par des limiers de ses services, grâce à des enquêtes fouillées. La liste étant strictement confidentielle, Luzolo Bambi a pris soin d'en réserver la primeur au Procureur Général de la République. Il néanmoins le signalement des pilleurs supposés de la République. Il s'agit, pêle-mêle, de hauts fonctionnaires de l'Etat, de mandataires publics, d'opérateurs économiques nationaux et étrangers, de banquiers et même de cadres de la Banque Centrale du Congo.

Tout ce beau monde fait perdre des millions de dollars américains au Trésor Public congolais, selon le Conseiller Spécial du Chef de l'Etat en Matière de Bonne Gouvernance et de Lutte contre la Corruption, le Blanchiment des Capitaux et le Financement du Terrorisme. Le précité souligne que son souci majeur est de participer à lutte contre fraude fiscale et douanière, l'évasion des capitaux, la spoliation des immeubles de l'Etat et le détournement des deniers publics, dans la droite ligne de l'offensive que vient de déclencher le gouvernement contre les pilleurs des ressources nationales.

Luzolo Bambi en appelle à la tolérance-zéro contre tous les criminels économiques en cravate qui appauvrissent l'Etat et par conséquent des millions de Congolais. Il reste à savoir si, cette fois, les dossiers qu'il vient de déposer au Parquet Général de la République vont ouvrir, toutes grandes, les portes des prisons aux pilleurs du patrimoine communautaire. On rappelle qu'en 2015, il avait entrepris la même démarche, avec un succès mitigé, car certains mandataires publics qu'il avait épinglés dans un rapport confidentiel n'avaient pas été inquiétés.

A un moment donné, il était même obligé de traquer lui-même, par le biais de ses services, un certain nombre de mandataires sur qui pesaient de fortes présomptions de culpabilité dans les détournement des deniers publics. L'affaire avait ressemblé, à plus d'un égard, un feuilleton de Western, avec des échanges de coups de feu entre des équipes de sécurité des mandataires fichés et des éléments de la police réquisitionnés par Luzolo. Cela avait finalement laissé l'impression d'un bras de fer entre ce dernier et le Procureur de la République, qui estimait être l'unique maître de l'action publique sur le territoire national, à qui devait être laissé suffisamment de temps pour lever l'option de poursuivre les présumés pilleurs en justice ou de clore leurs dossiers sans suite.

Il est difficile de savoir si Luzolo Bambi aura cette fois gain de cause, lui qui insiste sur l'existence des preuves irréfutables du pillage des biens de l'Etat par les personnes fichées par ses services. Naturellement, le principe de la présomption d'innocence doit être de rigueur dans l'examen de chaque dossier, afin d'éviter que des innocents soient sanctionnés en lieu et place de vrais coupables.

République Démocratique du Présidence de la Le Conseiller Spécial du Chef de l' Matière de Bonne Gouvernance et de Lutte contre la Corruption, Blanchiment des Capitaux et le Financement du Terrorisme

Kinshasa, le 04 août 2017

N/Réf. : CAB/CSBG/1320/SEC/ASA3813/2017

Transmis copie pour information à :

- Son Excellence Monsieur le Président de la République,

Chef de l' (Avec l'expression de mes hommages les plus déférents)

Palais de la - Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du - Monsieur le Ministre d'Etat, Ministre de la Justice et Garde de - Monsieur le Ministre des - Madame la Ministre du - (Tous à Kinshasa/Gombe

A Monsieur le Procureur Général de la A Kinshasa/Gombe

Monsieur le Procureur Général de la République,

Concerne : Transmission dossiers judiciaires

J'ai l'honneur de vous transmettre, sous ce couvert, la liste de quatorze dossiers documentés, regroupés en huit émanant enquêtes diligentées et bouclées par mes services. Il s'agit des de malversations financières, détournement des deniers publics,

corruption, fraude fiscale et douanières dont la perte est estimée plusieurs millions de dollars américains au détriment du Public.

Par ailleurs, il est important de vous signaler que les concernées sont des hauts fonctionnaires de l'Etat, des publics, des hommes d'affaires nationaux et étrangers, responsables des banques commerciales ainsi que ceux de la Centrale du Congo.

En effet, en ce moment où notre pays traverse une crise caractérisée par un manque criant de devises étrangers, je fais à votre sens élevé de patriotisme et de justice pour aider le Chef l'Etat à combattre la fraude fiscale et douanière, la fuite capitaux et le non rapatriement des devises, la spoliation immeubles de l'Etat ainsi que le détournement des deniers publics.

L'objectif de cette opération est de soutenir le Président de République dans sa lutte contre l'impunité pour restaurer l' de l'Etat et moraliser la vie publique dans notre pays.

Veuillez agréer, Monsieur le Procureur Général de la République, l'expression de ma parfaite considération.

Congo-Kinshasa

Rapport de la Cenco sur l'avancement du processus d'enrôlement

La Cenco a présenté un rapport lundi 20 novembre sur l'avancement du processus d'enrôlement en RDC.… Plus »

Copyright © 2017 Le Phare. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.