14 Août 2017

Burkina Faso: Miss Burkina 2017 - La plus belle s'appelle Princesse Poadiagué

Photo: fasozine
Séverine Princesse Poadiague élue Miss Burkina 2017

Princesse Sévérine Poadiagué. Ce nom restera gravé dans les livres d'or de Miss Burkina. En effet, elle a été élue Miss Burkina 2017, après une âpre compétition qui a mis aux prises 21 concurrentes, le 11 août dernier à salle des Banquets de Ouaga 2000. Ses dauphines ont pour noms : Gertrude A. Séogo et Perlette Tougouma, toutes deux candidates de la région du Centre.

Riche en couleurs, la cérémonie qui avait pour marraine Chantal Diallo, épouse du président de l'Assemblée nationale, a été placée sous la présidence d'honneur du Président directeur général (PDG) du Groupe horizon fm/TVZ, Moustapha Laabli Thiombiano, le parrainage du ministre de la Culture, des arts et du tourisme, Tahirou Barry et le co-parrainage du ministre de l'Environnement, de l'économie verte et du changement climatique, Nestor Bassière.

Avec une moyenne de 12,94, Princesse Sévérine Poadiagué, candidate de la région du Centre-Sud, a remporté la palme de la beauté burkinabè face à 20 autres concurrentes. Elle a convaincu le jury par sa beauté physique et intellectuelle.

Agée de 21 ans, la nouvelle coqueluche de la beauté burkinabè est étudiante en 3e année de médecine. En plus de la couronne, Princesse Poadiagué a reçu la somme de 12 millions de F CFA dont 5 millions du Nouveau comité Miss Burkina (N-COMIB), 3 millions offerts par le sponsor officiel, Telecel Faso, et le reste par les autres partenaires, une moto d'une valeur de 900 000 F CFA offerte par Watam Kaïzer, et bien d'autres lots.

La 1re dauphine, Gertrude A. Séogo, la 2e dauphine, Perlette Tougouma, et celles classées 4e et 5e à savoir Valérie A. Lankoandé du Plateau Central et Aminatou R. Ouédraogo de la région de l'Est, ont été aussi récompensées (voir encadré).

La Miss du public qui n'est autre que celle classée 5e, a reçu en plus du prix du N-COMIB, la somme de 500 000 F CFA offerte par Telecel Faso. Selon le président du jury Miss Burkina 2017, Yacouba Konaté, professeur de philosophie à l'université d'Abidjan et Directeur général du Marché des arts et du spectacle africain (MASA), ce sont les atouts de beauté physique et intellectuelle qui ont prévalu au choix de Princesse Poadiagué comme Miss Burkina 2017.

A son avis, sa prestation orale après les différentes sorties en tenues olympe, traditionnelle, Lin pè et robe de soirée, a été à la fois sensée et pleine d'éloquence. Toute chose qui a conforté les membres du jury dans leur choix, a-t-il confié.

Le pari de la renaissance tenu

Pour le président du N-COMIB, Alpha Ouédraogo, le pari de la renaissance a été tenu car le public et les autorités ont massivement pris part à la soirée pour vivre en live l'élection de Miss Burkina qui, faut-il le rappeler, avait été suspendue pendant 5 ans. Il a promis qu'après son sacre, Princesse Poadiagué sera accompagnée par le N-COMIB.

Et de préciser qu'elle aura un programme bien défini, un cahier de charges durant l'année de sa mandature. Pour lui, le niveau des candidates qui ont rivalisé de beauté et de talent, était assez élevé ; d'où sa satisfaction.

Selon M. Ouédraogo, en relançant l'élection Miss Burkina, l'ambition du N-COMIB est de valoriser la beauté physique et intellectuelle de la femme burkinabè au plan national et international, et d'inscrire le concours Miss Burkina dans la durée et surtout de le placer au même niveau de qualité et de notoriété que les concours de beauté organisés en Afrique et dans le monde.

Pour leur part, le parrain, Tahirou Barry, le co-parrain, Nestor Bassière et la marraine, Chantal Diallo, ont tous souhaité que la Miss Burkina puisse défendre et protéger l'environnement mais aussi et surtout porter haut le flambeau de la femme burkinabè.

En somme, défendre au mieux tout ce qui valorise la femme burkinabè et africaine. Quant au représentant du président du Conseil d'administration (PCA) de Telecel Faso, Siaka Koné, directeur commercial et marketing de ladite société, il a aussi embouché la même trompette.

Il a exprimé la satisfaction de Telecel Faso d'être aux côtés du N-COMIB pour magnifier la beauté de la femme burkinabè. Il a félicité toutes les candidates pour leur courage, car il n'est pas aisé d'affronter le regard du public.

Un wifi gratuit à la disposition des mélomanes

Pour lui, Telecel Faso qui dispose actuellement de « la 3 G la plus stable et la plus rapide », travaille quotidiennement à se rapprocher du public pour mieux assumer sa responsabilité sociale.

C'est dans cette optique que Telecel Faso a mis un wifi gratuit à la disposition des mélomanes, pour leur permettre de passer une excellente soirée avec ces ambassadrices de la beauté burkinabè, a-t-il soutenu.

En plus du wifi gratuit, le public a eu droit à un défilé de mode présenté par François I et des prestations d'artistes qui ont fait bouger la salle des banquets de Ouaga 2000. Parmi ces artistes, on peut citer Singuila, Floby, Imilo le chanceux, Sissao, Hawa Boussim, Prince Zoetaba, etc.

A noter que les Miss Togo et Côte d'Ivoire ainsi que les anciennes Miss du Burkina étaient également présentes à cette soirée glamour, pour soutenir la nouvelle ambassadrice de la beauté burkinabè.

En savoir plus

Miss Burkina 2017 - La couronne pour la Princesse Poadiagué

Séverine Princesse Poadiagué, a été élue, miss Burkina 2017, le vendredi 11… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.