14 Août 2017

Kenya: Raila Odinga va-t-il appeler ses partisans à l'insurrection ?

Photo: Jeff Angote/The Nation
Le porteur de drapeau Nasa Raila Odinga lors du débat pour les principaux candidats à la présidentielle à l'Université catholique le 24 juillet 2017. Le président Uhuru Kenyatta n'a pas assisté.
analyse

Au Kenya, l'opposant Raila Odinga a promis d'indiquer mardi la "marche à suivre" pour protester contre la "fraude" dont il accuse son rival Uhuru Kenyatta, réélu à l'issue de l'élection présidentielle du 8 août dernier.

Mardi, le chef de file de la coalition de l'opposition Nasa devrait dicter à ses partisans la "marche à suivre" pour protester contre une élection qui, à leurs yeux, a été "volée" par le camp du président réélu Uhuru Kenyatta.

Cette annonce faite dimanche par Raila Odinga a de quoi rendre anxieux les Kenyans. Les violences post-électorales ont déjà coûté la vie à 24 personnes, dont deux enfants, selon la Commission kenyane des droits humains.

Il y a 10 ans, les émeutes consécutives aux élections présidentielles avaient fait plus de 1000 morts, aujourd'hui encore, elles demeurent vives dans les esprits. C'est pourquoi il est peu probable que l'opposant de 72 ans prenne le risque d'appeler ses supporters à des manifestations publiques.

"Je ne crois pas qu'il va demander aux gens d'aller dans les rues. Il y a, dans les zones réputées proches d'Odinga, un tel dispositif militaire qu'il serait trop risqué d'appeler à des manifestations qui pourraient aboutir à des massacres. Je ne pense pas qu'un leader politique pourrait conduire ses sympathisants à une telle situation", rassure Samwel Mukira Mohochi, activiste des droits humains et directeur exécutif de l'International Commission of Jurists.

Un boycott économique ?

Si le risque d'une escalade de la violence est trop élevé en cas d'appel à la désobéissance civile, Raila Odinga pourrait appeler à une forme de boycott économique, de l'avis de Carole Angengo'o, avocate kenyane et spécicialiste de la résolution de conflits.

"Je pense qu'il va appeler à un sabotage économique. Je crois aussi qu'il va demander à ce que les gens n'achètent pas des produits fabriqués par les personnes au pouvoir, car beaucoup d'usines appartiennent aux leaders au pouvoir. Voilà quelle pourrait être sa stratégie" , estime-t-elle.

En attendant la politique que compte suivre Raila Odinga et ses sympathisants, le président élu a appelé lundi au calme et demandé à son rival de porter ses revendications devant la justice. Une éventualité que continue d'écarter l'opposition.

En savoir plus

Le gouvernement s'attaque à deux ONG critiques du processus électoral

La Commission kényane des droits de l'homme (KHRC) et Africa Centre for Open Governance (AfriCOG), deux ONG qui… Plus »

Copyright © 2017 Deutsche Welle. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.