15 Août 2017

Congo-Kinshasa: 10 ans après la mort du chanteur - Voici l'origine du nom Madilu ?

"Sa disparition restera une grande perte pour la musique congolaise. Madilu System était l'un des dinosaures de la rumba que les mélomanes n'oublieront jamais. Il nous a légué ses œuvres de qualité exceptionnelle qui, à chaque fois, nous rappellent sa voix charmante hors du commun".

Ce témoignage émane de José Mpaka Ikombe, un doyen de la chronique musicale en RDC. C'était à l'occasion de la commémoration du 10ème anniversaire de la mort de Madilu System. Décédé le 11 août 2007, à l'âge de 57 ans, de suite d'une crise cardiaque, à Kinshasa, l'auteur de la chanson « Magali » a été l'une des figures de proue de la rumba.

Evidemment, nombreux fans ont admiré sa musique sans pourtant chercher à savoir comment le chanteur, de son vrai nom Jean de Dieu Bialu Makiese, est-il devenu MADILU?

En marge de la célébration de sa disparition, le journal La Prospérité a mené une enquête pour dénicher l'origine et la signification de ce pseudonyme que l'illustre disparu a porté durant toute sa carrière jusqu'à la tombe.

Pendant ses investigations, le quotidien Kinois est tombé sur un livre intitulé «Les coulisses de la musique congolaise», écrit par Faugus Izeidi. Celui-ci est un redoutable guitariste chanteur, auteur-compositeur et interprète, qui a évolué avec Kalé Jeff dans African Jazz et Afriza de Tabu LEY.

Dans cet ouvrage, l'auteur consacre un chapitre sur son groupe Fiesta Populaire créé en 1971 après sa séparation avec Rochereau. C'est ainsi qu'il explique les circonstances du recrutement du jeune Jean Bialu et la naissance de son nom de scène MADILU.

En sa page 161, Faugus Izeidi a révélé qu'il avait recruté Jean BIALU, par l'intermédiaire de l'un des ses musiciens qui était son ami. A l'époque, il habitait la commune de Kimbanseke. "J'avais dû aller le chercher en voiture, dans ce coin perdu de Kinshasa afin de l'avoir à portée de main, pour les répétitions. Je lui avais aménagé une chambre chez moi à Renkin.

Très vite, ce petit sorti de nulle part devint la coqueluche de toutes les filles du quartier. Je voulais trouver un nom de scène à Jean BIALU. James Brown était au sommet de tous les hit-parades. Comme il s'appelait Jean, je lui avais proposé de le transformer en James. J'avais également ajouté un pseudonyme que j'avais trouvé dans le dictionnaire : Mahdi, qui signifie grand magicien en Inde.

Il allait donc s'appeler James Madhi. Mais Jean n'en était pas satisfait. En voulant créer un autre, il ajouta à Madhi, la dernière syllabe « lu » de son propre nom. Mais, Jean n'étant pas le champion de l'orthographe, il écrivait Madhi sans la lettre «h», ce qui donnait Madi, auquel il ajouta syllabe «lu». Ainsi, il venait de créer l'un des grands noms de la chanson congolaise : Madilu, le futur Grand Nindja, le patron du « Multi System », l'une des voix de charme les mieux cotées. Voilà comment j'ai découvert et lancé Madilu. Une histoire authentique !"

Disciple de l'école Odemba, MADILU était un artiste au talent pointu dont le parcours musical a gagné le respect et l'appréciation de ses nombreux fans en Afrique. Il avait un timbre vocal trop fascinant et supérieur au regard de sa voix caressante et engagée dans la thématique. Il était l'un des meilleurs interprètes que la musique congolaise ait connu.

Il est fort regrettable de constater qu'aucune manifestation commémorative officielle n'ait été organisée à Kinshasa en mémoire de cette icône de la rumba qui totalise 10 ans dans l'au-delà.

Congo-Kinshasa

Les chefs coutumiers signent l'acte de non-agression entre communautés

En marge de la clôture du Forum sur la paix, la réconciliation et le développement du Grand… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.