15 Août 2017

Congo-Kinshasa: Insécurité alimentaire - Double alerte de la FAO et du PAM

Photo: FAO
Les souffrances liées à la faim sont en hausse en raison de l’escalade du conflit, de sa persistance dans le temps et des déplacements de population. Dans la région du Kasaï, l’année dernière, près d’1,4 millions de personnes ont dû quitter leurs maisons.

Incroyable mais vrai ! Près de 7,7 millions de Congolais sont en insécurité alimentaire. Cette insécurité est même en hausse de 30% par rapport en 2016.

La permanence des conflits armés dans plusieurs provinces de la RDC est à la base de ce drame humanitaire. Cette double alerte, lancée par la FAO et le PAM, résonne comme une interpellation du gouvernement Tshibala qui a aussi pour mission de s'occuper du social des Congolais.

La République démocratique du Congo héberge près 7,7 millions de personnes ayant besoin d'une aide humanitaire alimentaire d'urgence. Ce chiffre est en hausse de 30% par rapport à 2016, selon un rapport publié hier lundi 14 août par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM), rapporte un.org.

Les données fournies par ces deux agences attestent que plus d'une personne sur dix vivant en zone rurale en RDC souffre de la faim. La malnutrition chronique affecte 43% des enfants âgés de moins de cinq ans, soit plus de 7 millions d'enfants dans le pays.Des chiffres qui devraient interpeller le gouvernement Bruno Tshibala qui a, entre autres missions, d'alléger le fardeau social des Congolais.

Les deux agences du système des Nations unies soulignent que ces souffrances, liées à la faim, sont en hausse en raison de l'escalade des conflits, de leur persistance dans le temps et des déplacements des populations dans le centre et l'Est du pays, principalement dans les régions du Kasaï et du Tanganyika, où les actes de violences se sont généralisés.

Détérioration de la situation humanitaire

Selon le rapport de la FAO et du PAM, la situation humanitaire en RDC s'est de nouveau détériorée suite aux épidémies de choléra et de rougeole ainsi qu'aux invasions des chenilles légionnaires. Ces dernières, affectant 50 de 145 territoires de la RDC, ont détruit plus d'un quart des cultures du territoire national.

Dans les régions touchées par les conflits, plus de 1,5 million de personnes sont confrontées à une insécurité alimentaire « d'urgence ». Cela signifie que ces personnes n'ont pas d'autres choix que de vendre tout ce qu'elles possèdent, de sauter des repas ou encore de réduire leurs portions de nourriture.

« Dans plusieurs régions, certaines personnes mangent une fois par jour et leurs repas (à base de maïs, de manioc et de pommes de terre) ne permettent pas de satisfaire leurs besoins journaliers nutritionnels et caloriques. Dans certains cas, les régimes alimentaires se limitent à des féculents et à des feuilles », souligne le rapport de la FAO et du PAM.

De même, dans certaines zones affectées par la faim, entre 50 et 80% de la population peinent à nouer les deux bouts du mois et à trouver de quoi se nourrir, soutiennent les deux agences. Ces trois derniers mois, les prix des produits alimentaires ont augmenté. Certains vendent leurs biens, empruntent de l'argent, envoient les membres de leurs familles mendier ou encore manger ailleurs.

« Dans les régions touchées par les conflits, les agriculteurs ont vu leurs villages et terrains pillés. Ils n'ont pas pu planter lors de deux dernières campagnes et les marchés alimentaires ont du mal à combler leurs besoins alimentaires », a déclaré le représentant par intérim de la FAO en RDC, Alexis Bonte. « Il n'existe pas d'autre endroit où la situation est plus alarmante qu'au Kasaï », a, pour sa part, souligné le directeur du PAM en RDC, Claude Jibidar.

SOS pour l'agriculture

L'année dernière, près de 1,4 million de personnes ont été forcées à quitter leurs foyers en RDC, ce qui porte à 3,7 millions le nombre total de personnes déplacées dans le pays. A cette situation tendue s'ajoute le flux constant de réfugiés issus des pays voisins qui met à rude épreuve des ressources déjà limitées.

« Les agriculteurs, en particulier ceux qui ont été déplacés, plus précisément, les femmes et les enfants ont désespérément besoin d'une aide urgente et de moyens pour survivre tels que des outils et semences afin de reprendre les activités agricoles », a ajouté le représentant de la FAO.

« De nombreuses femmes déplacées ont perdu leurs maris. Pour elles, les activités agricoles, représentent un moyen de se reconstruire et d'appréhender l'avenir avec dignité et espoir ».

La FAO et le PAM appellent la communauté internationale à intensifier de manière urgente l'acheminement de nourriture vitale et d'aides nutritionnelles et agricoles en RDC. « La situation est appelée à empirer si une aide urgente n'est pas apportée en temps opportun », a prévenu M. Bonte.

En avril 2017, le coordonnateur humanitaire de l'ONU en RDC avait lancé un appel pour une aide d'urgence, de 66 millions Usd, en faveur de déplacés internes dans les provinces du Kasaï.

En savoir plus

7,7 millions de personnes exposées à la famine, selon la FAO et le PAM

7,7 millions de personnes sont confrontées à une situation de famine en République… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.