16 Août 2017

Cameroun: Production d'eau potable - Les promesses de Nkol-Mefou

L'usine en projet dans cette localité du Centre va produire 50 000 m3, tout en créant plus de 200 emplois directs.

Nkol-Mefou, petite localité située entre les départements de la Mefou-et-Afamba et la Mefou-et-Akono, région du Centre, abritera dans quelques mois une usine de production d'eau potable, établie sur près de 40 hectares. L'infrastructure, qui rentre dans le cadre du Projet d'alimentation en eau potable en mesures d'urgence, est immense. Et son envergure est à la mesure des besoins en eau de la ville de Yaoundé.

Avec plus de 2,8 millions d'habitants, la capitale politique du Cameroun a un besoin de 300 000 m3 d'eau par jour. A travers la future usine, et sont 50 000 m3 d'eau potable en vrac par jour et 2000 m3 en bidon de 20 litres qui vont s'ajouter au réseau existant. Le 7 août dernier, le ministre de l'Eau et de l'Energie (Minee), Basile Atangana Kouna, et Rajkumar, chairman de l'entreprise constructrice, ont signé un avenant impliquant l'extension du projet à d'autres villes : Ebolowa, Buea, Bertoua, Ngaoundéré, Garoua, Maroua, Bamenda, Kribi et Limbe.

Cette reconfiguration du projet s'étalera sur deux ans suivant une phase de production de 15 000 m3 d'eau en vrac et 1000 m3 par jour en bidons durant les six premiers mois. Les deux autres phases qui vont sur 12 mois impliquent respectivement la production de 30 000 m3 d'eau en vrac et 1 500 m3 en bidons et celle de 50 000 m3 et 2 000 m3 d'eau en bidons.

Aussitôt la phase pilote de Yaoundé achevée, le programme s'étendra dans les autres localités visées, au rythme de l'achèvement des études d'exécution. D'après Imperial Holding limited, le coût du projet est évalué à environ 260 milliards de F pour un peu plus de 2000 emplois directs.

La main d'œuvre sera à 80% camerounaise, des ingénieurs et autres techniciens locaux seront employés et formés à la technique indienne. L'entreprise qui s'occupera dans un premier temps de la construction et de l'exploitation de l'usine, va récupérer son investissement sur une période de 15 ans de fonctionnement de l'infrastructure, puisque le projet s'exécute sur les modèle BOT.

INTERVIEW

Radja D.B: « Le Cameroun n'a rien à investir »

Directeur de la stratégie internationale d'Imperial Holing limited.

Comment se présente la future usine de production d'eau potable de Nkol-Mefou?

L'usine relève d'une technologie de pointe, pour le captage, le stockage, la purification et la distribution d'eau et s'étendra sur environ 40 hectares. A travers sa branche camerounaise Aqua pure, Imperial Holding limited compte s'appuyer sur la Mefou pour produire l'eau et l'acheminer à Yaoundé, via la ligne Mbalmayo-Yaoundé dont le tuyau n'est actuellement utilisé qu'au 1/6e. L'eau que nous allons produire sera traitée huit fois pour le vrac et 10 fois pour le bidon. Ainsi, il y aura huit phases de décantation et une semaine de réserve.

Quels avantages la formule que vous proposez offre-t-elle au Cameroun ?

Le Cameroun n'a rien à investir car nous allons tout préfinancer, y compris l'indemnisation des riverains concernés. Cette opération démarre en septembre prochain, de même que l'électrification de la zone à aménager. Le gouvernement va commencer à nous rembourser la contrepartie de l'Etat sur une période de cinq ans. A propos de la technologie que nous utilisons, elle est unique et novatrice.

A quand les premières gouttes d'eau issues de l'usine?

Bien que la construction s'étale sur deux ans, nous prévoyons la production des premiers m3 dans six mois. Mais avant, nous allons procéder aux tests et raccordements divers. Après la phase pilote de Yaoundé, nous allons nous déployer sur Ebolawa. Nos ingénieurs sont justement sur le terrain pour identifier de potentiels sites et d'ici septembre prochain, nous saurons où implanter les autres usines.

Cameroun

L'hommage de Diego Maradona à Benjamin Massing

Ancien joueur de la sélection camerounaise, Benjamin Massing est décédé dimanche dernier… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.