16 Août 2017

Congo-Kinshasa: A point nommé!

Les congolais, en général, et les kinois, en particulier, ne savent s'expliquer le comportement des prix des biens et services sur le marché. Quand le Franc Congolais perd de sa valeur face au roi dollar, les vendeurs se frottent les mains, parce qu'il y a opportunité pour eux de réaliser des bénéfices exorbitants, par rapport au coût d'achat de leurs produits. Quand l'inverse se produit, les prix stagnent, curieusement, que de suivre la même courbe.

Alors que la rentrée scolaire approche, soit le 4 septembre, puisqu'il y a surchauffe sociale liée notamment à la réclamation de l'indexation du taux de 1425 pour la paie du mois d'août pour les fonctionnaires, les médecins et infirmiers, les professeurs d'universités, les agents dans les régies financières, qui sont déjà ou menacent d'aller en grève, auxquels s'ajoute l'inquiétude liée aux prix qui continuent à prendre l'ascenseur, s'interpose le Gouvernement, par le biais du ministre de l'Economie nationale. Joseph Kapika a pris un train des mesures, pour faire face à cette situation. Parmi celles-ci, l'envoie des inspecteurs sur terrain, pour veiller à la conformité des prix. La mesure est tombée à point nommé.

En effet, au-delà des efforts fournis par la Banque Centrale du Congo (BCC), à travers les opérations d'adjudications, plus d'un congolais s'est félicité de voir la monnaie nationale progressivement prendre du poil de la bête face au roi dollar, même si cela peut l'être seulement d'un petit cran. La conséquence attendue pourtant n'a pas suivie. C'est la raison des inspecteurs sur terrain. Les hommes dépêchés, explique le ministre, sont à la fois chevronnés et mieux outillés. Ils sont déployés à travers tout le pays. D'ailleurs, le ministre, lui-même, a soutenu pouvoir descendre dans le Haut-Katanga, pour lancer cette opération.

La question est de savoir, si c'est la première du genre de ce grand pays, aux dimensions continentales. Certes, oui, pour le Gouvernement Bruno Tshibala. Si l'adage : «Autres temps, autres mœurs », peut mieux trouver son explication, en ce que si les opérations antérieures menées n'avaient abouti à des résultats escomptés et, pis, elles s'étaient soldées par des pratiques éhontées des personnes censées veiller au contrôle de conformité des prix, il reste que l'on suive ou que l'on procède à un marquage à la culotte, pour voir jusqu'où iraient les hommes de Kapika. Ils doivent faire face à d'autres pratiques sournoises des opérateurs économiques et autres marchands véreux qui, pour tromper la vigilance des contrôleurs, vont afficher des prix fantaisistes au passage des inspecteurs.

Une fois le contrôle finit, ils reviennent au galop, foulant aux pieds les instructions du pouvoir. Quelle sanction infligée à ceux qui seront pris en flagrant délit ? Par devant quelle instance seront-ils déférés ? Quelle mesure immédiate les inspecteurs devront-ils prendre en cas d'inobservance des instructions ? Certainement que le travail de terrain le démontrera. Cependant, puisque la population, avisée, est appelée à concourir à l'exécution de cette opération de contrôle, il est conseillé de mettre des garde-fous. En effet, les dénonciations calomnieuses pourraient conduire à saper le bienfondé de cette opération, venue pourtant à point nommé.

Congo-Kinshasa

Le Pape François et les Chrétiens ont prié pour la paix au pays

« Seigneur Notre Dieu, toi qui donnes la paix et qui est la paix en personne. Tu n'habites pas où se trouve… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.