17 Août 2017

Centrafrique: L'explosion des besoins impose la révision du Plan de réponse humanitaire, selon l'ONU

La détérioration du climat sécuritaire en République centrafricaine (RCA) depuis le début de l'année 2017 et l'explosion des besoins qui s'en est suivie ont imposé à la communauté humanitaire de réviser le Plan de réponse humanitaire, a indiqué jeudi le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Lancé en janvier 2017, ce plan ne répond plus à présent à la planification initiale pour couvrir tous les besoins, selon l'ONU et ses partenaires humanitaires. Il prévoyait de répondre aux besoins critiques et urgents de 2,2 millions de Centrafricains avec une enveloppe financière de 399,5 millions de dollars.

A l'occasion du lancement du Plan de réponse révisé, la Coordonnatrice humanitaire en RCA, Najat Rochdi, a expliqué « qu'entre janvier et juillet 2017, la recrudescence de la violence et l'irruption de nouveaux foyers de tension ont porté le nombre de déplacés internes de 402.240 à 600.000, autant qu'au pic de la crise politique en janvier 2013. Dans cet intervalle, la population ayant besoin d'une assistance humanitaire a atteint 2,4 millions de personnes ».

D'un montant de 497 millions de dollars, à la fin du premier semestre, le Plan de réponse humanitaire révisé n'est financé qu'à hauteur de 24% soit 119 millions. « Cela est bien en deçà de la moyenne mondiale qui est de 34% alors que les besoins continuent d'augmenter », a souligné Mme Rochdi. Le financement de l'action humanitaire en RCA souffre encore d'un déficit préoccupant malgré les efforts de plaidoyer et de sensibilisation soutenus entrepris par les autorités nationales. A cet égard, la Coordonnatrice humanitaire a appelé « à nouveaux les donateurs à continuer leur accompagnement et à doubler la mise pour la Centrafrique afin que le pire puisse être évité ».

Cette révision intervient à un moment où la situation humanitaire s'est davantage détériorée. Au cours des trois derniers mois, les affrontements entre groupes armés ont glissé vers un conflit ethnique et religieux dans lequel les civils sont pris en otage.

« L'éclatement de la violence en de multiples endroits et presque simultanément défie les capacités opérationnelles de la communauté humanitaire autant qu'il met à mal les mécanismes de protection de la population civile », dit Mme Rochdi. « Lorsque l'insécurité atteint un niveau qui contraint les humanitaires à strictement réduire leurs activités à l'assistance vitale, c'est la vie de milliers de personnes qui est en danger ».

Au cours du premier semestre 2017, les humanitaires ont subi plus de 200 attaques. Ceci place la RCA parmi les pays les plus dangereux pour les acteurs humanitaires.

Centrafrique

MSF quitte Bangassou après un braquage à main armée

Médecins sans frontières a décidé mardi soir 21 novembre de suspendre ses activités… Plus »

Copyright © 2017 UN News Service. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.