17 Août 2017

Congo-Brazzaville: Plus de onze mille passeports diplomatiques non - biométriques incinérés

Sur recommandation du juge d'instruction, le ministère des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l'étranger a procédé le 17 août à la destruction d'un important lot de passeports diplomatiques déclassés, en présence du corps diplomatique et d'un huissier de justice.

Selon le secrétaire général des Affaires étrangères, Cyprien Sylvestre Mamina, ces passeports sécurisés mais non-biométriques ne servaient plus à rien. Car, depuis 2015, les autorités congolaises ont mis en circulation des passeports biométriques lisibles à la machine, contrairement à ceux qui ont été détruits.

« Nous les détruisons aussi, parce que certains Congolais mal intentionnés ont réussi à subtiliser quelques-uns et procédaient à un trafic suscitant des interrogations auprès de nos partenaires. Il nous revenait, conformément à l'ordonnance pris par la justice de procéder à la destruction », a-t-il expliqué.

S'agissant du sort réservé aux fraudeurs, il a fait savoir qu'une procédure engagée par la justice suit actuellement son cours normal. En effet, ces documents de voyage détruits ont été mis en circulation en 2014, et en 2015, à la suite d'une décision prise par les chefs d'Etat de la sous-région, il a été décidé de mettre en circulation des passeports Cémac biométriques.

Pour l'ambassadeur de France, Bertrand Cochery, ce geste est le point d'aboutissement d'un travail mené étroitement avec les autorités congolaises.

« Le Congo a parfaitement compris l'enjeu dans cette affaire, et qu'il fallait mettre en place des mesures de confiance, car il est de l'intérêt du Congo de ne plus avoir de doute sur la qualité des passeports diplomatiques en circulation. Mieux vaut détruire les stocks anciens pour éviter que des personnes mal intentionnées les remettent dans le circuit. La France et le Congo sont liés par un accord dit de gestion concertée des flux migratoires qui contient notamment une exemption de visa sur les passeports diplomatiques ».

« Nous avons engagé des procédures judiciaires, mais sur le plan administratif de la gestion de ce stock de passeports déclassés, nous avons estimé que le mieux était de les détruire. C'est la décision prise par les autorités congolaises pour qu'il n'y ait plus de doute, plus d'ambiguïté et que l'on puisse continuer à avoir des avantages d'exemption de visas sur les passeports diplomatiques », a-précisé le diplomate français.

Signalons que le passeport biométrique Cémac qui facilite les échanges avec les cinq autres pays de la sous-région a été mis en circulation dès janvier 2014, conformément aux résolutions du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement tenu à Libreville, au Gabon.

Congo-Brazzaville

Le Pool dans les conversations

On le décrit, on échange beaucoup autour de la crise dans laquelle le Pool, partie intégrante du… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.