17 Août 2017

Congo-Kinshasa: La paix par-dessus tout - La NOGEC dévoile les paramètres pour l'évaluation de l'Accord de la Saint Sylvestre !

Il ne s'agissait pas d'une galéjade quand elle a proposé des nouvelles discussions au sein de la classe politique afin qu'une évaluation de l'Accord du 31 décembre 2016 soit effectué. Elle, c'est la Nouvelle Génération pour l'Emergence du Congo -NOGEC-. Par un communiqué signé de la main de son président Me Constant Mutamba, ce regroupement passe, désormais, aux actes. Ce, en mettant à la disposition de tous les acteurs ce qu'elle estime être le meilleur plan stratégique de décrispation du climat politique en RD. Congo. C'est-à-dire, le schéma qui trace les différents contours desdites discussions sur l'évaluation de l'acte signé au Centre Interdiocésain.

Il est indéniable de souligner que les élections, d'après ce regroupement, n'est ni un défi à atteindre même au prix du sang des congolais. Mais, plutôt, un idéal pour parvenir à l'alternance démocratique et pacifique. D'où, y a-t-il la quintessence de leur démarche républicaine qui s'inscrit dans le cadre d'une lutte non-violente.

La CENI au centre !

Puisque ladite évaluation sera centrée sur les questions liées au processus électoral, la NOGEC propose ainsi que la Ceni, à la manière de la Cenco au Centre Interdiocésain lors des discussions directes, soit le médiateur. Ce choix, apprend-t-on, dans ce document, se justifie par le caractère représentatif et technique de cette commission d'appuie à la démocratie et ce, dans la mesure où elle est composée des membres issus de toutes les composantes politiques et forces vives de la nation dont, selon ce mouvement des jeunes, personne ne peut contester la légitimité. Par ailleurs, la NOGEC indique que si une composante semble sceptique concernant son représentant à la CENI, elle peut, dans ce cas, procéder à un changement du membre par celui qu'elle jugera digne et intègre.

Format et durée !

Soucieux d'une passation de pouvoir pacifique et apaisée par voie des élections, le regroupement dirigé par Constant Mutamba, dévoile que ces échanges, vu la recrudescence des violences et des pressions, devront être entamé d'ici le 15 septembre 2017. Au moins 50 participants, en raison de différentes forces politiques et de la société civile du pays devront y prendre part. Quant aux matières à traiter, il devra simplement être question de la constitution du fichier électoral, l'élaboration d'un calendrier consensuel assorti des délais fermes, le mode de financement du processus électoral et sa sécurisation.

Il s'avère utile de souligner que les textes de références demeureront la Constitution de la République et l'Accord du 31 décembre 2016. Eprise de paix, la NOGEC suggère ainsi la participation de Bundu Dia Mayala, BDM, par le Chef Ne Muanda Nsemi et ce, pour autant qu'il renonce préalablement à la violence. Subséquemment, ce rassemblement des jeunes, prophètes d'un Congo plus beau qu'avant, appelle ainsi les responsables de cette secte politico-religieux à s'inscrire sur une lutte non-violente qui permette principalement aux populations de Kinshasa et du Kongo Central de sortir de la psychose permanente dans laquelle elles vivent afin de vaquer librement dans leurs occupations quotidiennes.

A elle de marteler que la lutte violente n'a jamais réglé les problèmes politiques à travers le monde. Ainsi, la NOGEC ajoute-t-elle que la présence des partenaires internationaux et de la CENCO est très utile pour la réussite de cette évaluation.

Congo-Kinshasa

Kabila appelle à un «examen de conscience» sur les violences au Kasaï

En RDC, lors de l'ouverture du Forum sur la paix et la réconciliation, mardi 19 septembre à Kananga, le… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.