18 Août 2017

Sénégal: Plainte contre l'Etat du Sénégal à la Cour de justice de la CEDEAO - Y'en A Marre passe de la rue à la Cour

Le mouvement citoyen Y'en a marre ne se limitera plus à battre le macadam dans la rue, mais au besoin, déclenchera des actions civiles contraignantes contre l'Etat du Sénégal. Cette précision est des membres dudit mouvement en conférence de presse hier, jeudi 17 août, à l'occasion du lancement de la plainte citoyenne contre l'Etat du Sénégal, pour avoir privé «des milliers de citoyens» de leur droit de vote.

Fini l'ère de la veille citoyenne, où les organisations de la société civile sénégalaise se limitaient à organiser des contestations dans la rue. Le mouvement Y'en a marre a décidé de passer à une vitesse supérieure. Ce sont du moins les assurances du rappeur «Y'en-a-marriste» Thiat, en conférence de presse hier, jeudi 17 août. En effet, lors du lancement de la plainte citoyenne contre l'Etat du Sénégal, le membre du groupe Keur Gui de Kaolack a laissé entendre «qu'aujourd'hui, les organisations de la société civile, comme Y'en a marre, le Forum du justiciable, ne vont plus s'arrêter juste au combat de la rue. Nous n'allons plus nous limiter à contester». Pour le camarade à Kilifeu et compagnie, il est temps de mener le combat citoyen à un plus haut niveau, notamment «saisir la justice quand nous en aurons l'opportunité».

Même son de cloche pour son camarade «activiste» Alioune Sané, qui a procédé à la lecture du texte liminaire. Il trouve en fait que le contentieux citoyen ouvert entre l'Etat du Sénégal et les citoyens sénégalais qui ont été empêchés de voter, ouvre «une nouvelle ère dans l'histoire de nos organisations qui ne s'intéresseront plus uniquement aux questions de veille citoyennes mais mèneront désormais si nécessaire des actions civiles contraignantes contre l'Etat pour un respect des droits humains, civiques».

Par rapport à la plainte qu'envisagent de déposer auprès de la Cour de justice de la Cedeao, le mouvement Y'en a marre, le Forum du Justiciable, la Raddho, etc., il convient de noter que ces organisations reprochent à l'Etat sénégalais d'avoir privé de leur droit de vote des milliers de citoyens, à cause de «la non-délivrance des cartes d'électeurs à date échue et l'absence de plusieurs milliers d'électeurs régulièrement inscrits sur le fichier électoral». Les initiateurs de la plainte comptent saisir cette juridiction pour «une reconnaissance du préjudice causé par l'Etat du Sénégal et exiger une réparation de ce même préjudice à hauteur d'un million de francs Cfa».

En cette phase de collecte, Thiat et compagnie appellent tous les citoyens qui se retrouvent dans l'un des deux cas de figure à se rapprocher du Mouvement Y'en a marre ou des organisations partenaires pour se faire enrôler comme plaignant partie civile. Cela, afin de pouvoir déposer la plainte avant la fin de l'année. Ils promettent de s'organiser de telle sorte que la décision de la Cedeao puisse s'appliquer au Sénégal, contrairement à celle concernant le cas Karim Wade ; sans effet.

Sénégal

Khalifa Sall, vers un procès

Fin des recours devant déboucher sur la liberté provisoire de Khalifa Sall qui est placé en… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.