18 Août 2017

Congo-Kinshasa: Ituri - 40 personnes meurent dans un éboulement de terrain au bord du lac Albert

Les catastrophes dues aux affaissements des terres sont fréquentes dans cette province de l'Est de la RDC.

M. Pacifique Keta, vice-gouverneur de l'Ituri, a fait savoir hier jeudi 17 août que selon un bilan provisoire, un glissement de terrain provoqué par une forte pluie a causé le mercredi 16 août 2017 la mort de quarante personnes et plusieurs dégâts matériels dans le camp de pêche de Tara situé au bord du lac Albert ; rapporte l'AFP citée par Radio Okapi. Ce dernier a précisé : « Hier mercredi, nous avons enterré 28 corps et aujourd'hui nos services vont enterrer 12 autres ».

Le coordonnateur de l'ONG locale Coalition associative pour la protection et la défense des droits de l'Homme (COARDHO), Faustin Atilenge, a souligné qu'une forte pluie s'est abattue ce mercredi-là sur la région depuis 7h00' du matin (heure locale).

Le camp de pêche de Tara, situé aux pieds des Monts bleus au bord du lac Albert n'a pas échappé à cette pluie. Les gens qui s'y trouvaient se sont abrités dans une quarantaine de cases de fortune. Ces habitants, a renchéri Me Faustin Atilenge, ont été surpris par un éboulement de terres et de grosses pierres qui a couvert hommes, animaux, maisons d'habitation et tout ce qui s'y trouvait.

Ces genres de glissements des terres sont fréquents dans cette zone, où des villages sont érigés au bord du lac Albert et aux pieds de la chaîne des montagnes. L'année dernière, un autre cas similaire avait causé les mêmes dégâts à Mahagi-Port.

Trois creuseurs d'or morts en janvier

Il sied de rappeler que toujours dans cette province, trois creuseurs d'or sont décédés et plusieurs autres enfouis dans des décombres, dans un éboulement survenu lundi 30 janvier 2017 dans le foyer minier de Kpangba, en territoire de Djugu.

Le bourgmestre de Kpangba, Jean-Pierre Bikilisende, avait fait savoir qu'une dizaine de personnes se trouvaient dans ce puits d'or pendant l'accident.

Il avait cependant précisé que jusqu'au lendemain dans la matinée, trois corps avaient déjà été sortis de la terre grâce aux travaux effectués par plus de cent orpailleurs. Jean-Pierre Bikilisende a également indiqué que l'on pouvait encore retrouver des survivants malgré les menaces de nouveaux effondrements de terre.

Il avait expliqué à ce sujet : « Les rescapés, on n'en sait encore rien. Les gens qui sont en train de creuser les décombres ont dit qu'ils entendent des voix d'autres creuseurs à l'intérieur des décombres en dégagement».

Le bourgmestre avait fait savoir que des recherches se poursuivaient, affirmant ne pas savoir précisément le nombre de personnes qui étaient à l'intérieur du puits d'or au moment de l'accident. Il avait dit redouter un deuxième éboulement, vu l'état du puits d'or de Kpangba.

Au mois de juillet 2016, quatre creuseurs artisanaux d'or étaient morts et six autres blessés dans deux éboulements dans le même foyer minier de Kpangba.

Congo-Kinshasa

Transition sans Kabila - HRW pousse l'ONU à l'action

L'hypothèse d'une transition sans le président Kabila gagne de plus en plus du terrain. Elle a fini par… Plus »

Copyright © 2017 Le Potentiel. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.