18 Août 2017

Congo-Brazzaville: Enseignement général - Des accords pour la fabrication de 100 000 tables-bancs

Dans le but de combler le déficit en tables-bancs dans certaines écoles congolaises, le gouvernement vient de signer deux protocoles d'accord avec les sociétés forestières Likouala Timber et Taman Industries.

Conclus à Brazzaville le 17 août d'une part par les ministres Calixte Nganongo des Finances et Anatole Collinet Makosso de l'Enseignement primaire et secondaire, et d'autre part par William Massengo de Likouala Timber et Peter HII, PDG de Taman Industries, ces accords ont un grand intérêt pour le Congo. Ils devraient permettre de financer la fabrication de 100 000 tables-bancs et la construction d'un lycée interdépartemental à Vidoulou (frontière Pointe-Noire-Kouilou) pour un montant de près de 10 milliards FCFA.

A travers ces accords, les deux sociétés qui exploitent et transforment du bois dans la Likouala (au nord du pays) et à Nkoungou dans le district de Hinda (Kouilou), se sont engagées à fournir chacune au gouvernement, 50 000 tables-bancs en 3 ou 4 ans. Pour ce faire, chacune d'elle devrait empocher une somme d'environ 3 milliards FCFA, incluant également le transport dans les départements.

« Mais, dès la rentrée scolaire prochaine, nous pouvons estimer avoir disposé d'au moins 10 à 15 000 tables-bancs. Ceci pour répondre à un projet qui nous est cher, conformément aux instructions du président de la République : zéro enfant assis à même le sol. Ce qui veut dire que si ce projet est conduit à son terme, vous pouvez désormais considérer les enfants assis à même le sol comme relevant du passé », a expliqué le ministre de l'enseignement primaire, secondaire et l'alphabétisation, Anatole Collinet Makosso.

Il a également rappelé que la signature de ces protocoles d'accord s'inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie sectorielle de l'éducation 2015-2025, adoptée au début de cette année. Appuyée par des partenaires techniques et financiers, cette stratégie qui concerne les trois sous-secteurs de l'éducation nationale définit, entre autres, les concours pour améliorer les conditions de travail, d'apprentissage des enseignants et des élèves.

« Mais, pour la mise en œuvre de cette stratégie, il nous faut beaucoup d'argent, le prêt de la Banque mondiale seul ne peut pas suffire. Le Premier ministre nous avait instruit pour trouver des financements auprès d'autres partenaires. Au lieu d'aller chercher ailleurs, nous avons décidé d'aller vers nos partenaires forestiers qui exploitent du bois dans le pays pour signer un protocole », a dit M. Collinet Makosso.

Rappelons que lors d'une mission de terrain dans la partie nord du pays en fin avril dernier, le ministre en charge de l'enseignement primaire et secondaire estimait à près de 500 000, le déficit de tables-bancs dans les écoles.

Taman Industries a également signé avec le gouvernement un protocole d'accord visant le financement du lycée interdépartemental de Vidoulou, à Pointe-Noire. Anatole Collinet Makosso a indiqué que les travaux de construction de ce lycée, le premier du genre doté d'un internat dans la ville océane, vont démarrer sous-peu.

Congo-Brazzaville

Le Pool dans les conversations

On le décrit, on échange beaucoup autour de la crise dans laquelle le Pool, partie intégrante du… Plus »

Copyright © 2017 Les Dépêches de Brazzaville. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.