18 Août 2017

Cameroun: Souza - Le « mort Minkala » débarque bien vivant à sa veillée mortuaire

Une histoire craquante, ça doit être vraiment intéressant ? Ou bien ? S'il y'a quelqu'un qui a eu la surprise agréable de sa vie ce vendredi matin, c'est bel et bien dame Minkala alias La douce.

Pour bien comprendre les faits, il faut remonter au 4 mars 2017 , date à laquelle, un conducteur de moto taxi de nommé Minkala Georges décède des suites d'un accident de circulation à Nkongsamba. Le corps étant en souffrance dans cette morgue, les autorités locales décident par voie de communiqué de presse d'informer les populations sur ce corps abandonné à la morgue.

La nouvelle tombe à pic chez la famille Minkala, un autre Minkala Georges du village Souza, porté disparu depuis deux ans.

Une fois à Nkongsamba, les proches du "défunt" s'adonnent sans arrêt à une partie de beuverie comme ils en ont l'habitude, en attendant l'heure de la levée du corps. C'est en état d'ivresse qu'ils arrivent à la morgue.

Ce 17 août 2017, un jeudi, est un jour de grande affluence au service des pompes funèbres du chef lieux du département du Moungo.

L'inattention des parents du défunt et une erreur dans la lecture du registre de la morgue, va déboucher sur une malencontreuse situation. Sans vérification, un corps est traité, habillé et introduit dans le cercueil qui sera hermétiquement fermé.

Le cortège funèbre se rend à Souza où les villageois font la veillée.

Les choses se déroulent bien jusqu'à ce matin (vendredi 18/08/2018, Ndlr). En effet, cette famille du quartier fonctionnaire qui avait organisé la cérémonie de veillée avec le corps de leur illustre disparu , Georges Minkala, vigneron âgé de 45 ans, a vu ce dernier se retrouver parmi eux aux environs de 10 heures, surpris de ce qu'il était en train de voir autour de lui.

« Tout le monde a eu très peur. Les femmes s'évanouissaient, les gens couraient dans tous les sens », a raconté dame Minkala alias La douce. L'on a même aperçu le pasteur qui officiait la messe de la veille prendre la clé des champs, abandonnant dernière lui sa bible et ses vêtements de cérémonies.

Minkala Georges a expliqué qu'il avait appris depuis la Lybie où il se trouvait par le canal de Whatsapp qu'on le donnait pour mort. Le candidat à l'immigration clandestine pour l'Europe a téléphoné pour dire qu'il était vivant. Mais la personne qui lui a répondu a cru qu'il s'agissait d'une blague. Alors, il a décidé de venir personnellement prouver qu'il était bien vivant.

L'un de ses frères, Joseph L., a expliqué que la dernière fois que la famille l'avait vu c'était il y a deux ans: « Minkala Georges est partie depuis bientôt deux ans , laissant une femme et un enfant. Sans nouvelle de lui, on le croyait mort », a-t-il dit

La question que nous nous posons maintenant est de celle de savoir ce que sera fait du corps de l'autre Minkala qui se trouve dans ce cercueil fermé. Minkala Georges, le vrai, doit-il retourner en Lybie où il s'apprêtait à prendre le bateau pour l'Europe?

Alors chers compatriotes, pourquoi avant la levée des corps dans nos morgues, certaines familles s'adonnent avec joie à une partie sans cesse de beuverie ? Un sujet ivre est-il encore lucide ? Si la famille Minkala était lucide, on ne serait pas arrivé à cette confusion. En attendant, bon vendredi et à vendredi

Cameroun

Interdiction des manifestations publiques dans le Nord-ouest et le Sud-ouest

Les autorités administratives des régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest ont annoncé… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.