18 Août 2017

Burkina Faso: Recrutement de DG par appel à candidatures - Ainsi donc, la mesure est foulée au pied !

billet

Je me rappelle que Tertius Zongo, alors Premier ministre, dans le souci d'améliorer la gouvernance politique et économique du Burkina, avait pris un texte exigeant que la nomination des Directeurs généraux des établissements publics, fasse désormais l'objet d'un appel à candidatures. Et la personne retenue par un jury mis en place pour la circonstance, était nommée en Conseil des ministres avec une feuille de route clairement définie par le ministère de tutelle. La mesure, je me rappelle encore comme si c'était hier, avait été saluée par tous les Burkinabè. Cela d'autant qu'elle constituait une véritable révolution, en ce sens qu'elle sonnait la fin des nominations par complaisance et par copinage. Autrement dit, le recrutement des DG par appel à candidatures allait permettre de mettre désormais les hommes qu'il faut à la place qu'il faut. Et c'est peu dire. Car, personnellement, je connais beaucoup de DG qui ont mouillé le maillot, si bien que les Conseils d'administration ont dû renouveler leur contrat au bout de trois ans, comme cela est prévu par les textes en vigueur. J'en connais aussi qui ont été remerciés pour mauvais résultats.

Ce qui a permis de faire appel à de nouvelles compétences qui ne manquent pas d'ailleurs dans le pays. En tout cas, comme je l'ai dit plus haut, la mesure de recrutement des DG par appel à candidatures permet d'éviter une certaine instabilité dans notre administration. Je le dis parce qu'au Burkina, chaque ministre qui est nommé, vient avec ses hommes si bien qu'à chaque remaniement ministériel, on assiste à des départs et à des arrivées. Toute chose qui, il faut le dire, plombe le fonctionnement de notre administration dont la modernisation est inscrite en lettre d'or, dans l'agenda du pouvoir en place.

Le changement doit s'inscrire dans le bon sens

Mais, j'ai comme l'impression que les autorités actuelles sont en train de remettre en cause ce principe qui consiste à recruter les DG par appel à candidatures. La preuve est que certains DG, comme ceux des hôpitaux de Koudougou et Tenkodogo pour ne citer que les deux, ont été directement nommés en Conseil des ministres. Aucun appel à candidatures n'a été lancé à cet effet. Il en est de même pour le Laboratoire national de santé publique qui attend incessamment d'être pourvu d'un nouveau DG. Et tout porte à croire qu'il sera aussi nommé. Car, en principe, les appels à candidatures se font au moins trois mois avant la fin du mandat du DG sortant. Ce qui n'a pas été fait dans tous les cas cités. Et il y a bien d'autres DG dont les mandats s'épuisent dans un ou deux mois sans que l'on n'entende parler de leur succession par appel à candidatures.

Franchement, je ne comprends plus rien. Si le pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré ne veut plus de la mesure, qu'il ait le courage d'abroger le texte pour que l'opinion sache désormais à quoi s'en tenir. A mon avis, cela serait plus élégant que de passer le temps à piétiner un texte qui, officiellement, reste en vigueur. Seulement, je le dis à qui veut m'entendre. Par cette manière de faire, nous sommes en train d'opérer un grand recul. Certes, Blaise Compaoré a été chassé par une insurrection populaire, mais ayons l'humilité de reconnaître que tout n'était pas mauvais sous son règne. Il convient, à mon avis, de prendre ce qui était bon sous son règne et de se débarrasser des travers. C'est ce que j'entends personnellement par le slogan « plus rien ne sera comme avant ! » Car, pour moi, le changement doit s'inscrire dans le bon sens. Si tel n'est pas le cas, il s'agit plutôt d'un recul ou de regrets.

Burkina Faso

Les Lions ont de "réelles chances de se qualifier au Mondial" (Aliou Cissé)

Les Lions ont de "réelles chances" de se qualifier au Mondial et la rencontre contre le Cap-Vert va leur… Plus »

Copyright © 2017 Le Pays. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.