19 Août 2017

Ile Maurice: Vol d'eau - La CWA prend en chasse les fraudeurs

Nouveau cas de vol d'eau. Jeudi 17 août, l'Acting Fraud Detection Officer à la Central Water Authority (CWA) a rapporté à la police un cas de fraude sur le compteur d'une habitante d'un faubourg de Port-Louis. Il s'agit d'une connexion illégale ayant causé un manque à gagner de Rs 27 000 à la CWA. Les policiers se sont rendus sur les lieux, dans l'après-midi, en compagnie du propriétaire afin de déconnecter le compteur.

Les locataires du bâtiment ont alors été d'être privés d'eau depuis jeudi. «Nous payons notre facture d'eau régulièrement. Nous tirons Rs 500 tous les mois mis à part le loyer. C'est vraiment pénible de rester sans eau.» La plainte de la CWA a été retirée, le propriétaire des lieux ayant accepté de rembourser la somme due.

Les cas de vol d'eau du réseau de la CWA sont courants. Presque tous les jours, les employés de l'unité antifraude de la CWA sont sur le terrain pour résoudre des cas. Si 50 % de l'eau traitée est perdue à travers des fuites dans le réseau, 10 % à 15 % de ces 50 % sont des pertes dues au vol. Les fraudeurs sont aussi de plus en plus astucieux pour éviter de payer leur note.

«Certains relient le réseau de leur domicile à celui de la CWA avec un bout de tuyau avant le compteur. Toutefois, lorsqu'ils savent quel jour le Meter Reader fait la tournée, ils enlèvent leur installation. Résultat : ils payent bien moins que ce qu'ils sont censés payer», explique l'inspecteur Katherasapillay de l'unité anti-fraude de la CWA. À titre d'exemple, si la note d'un consommateur devrait approcher les Rs 700 par mois, il ne paye que Rs 100. Mais les inspecteurs arrivent souvent à voir clair dans leur jeu.

Possible contamination

Dans certains cas, pour ceux qui ne payent pas leur note, c'est la CWA qui vient enlever le compteur et donc couper l'eau. Là encore, les fraudeurs fabriquent des connexions artisanales pour bénéficier de l'eau. «C'est illégal oui, mais il n'y a pas que ça. Ce sont des connexions amateurs qui causent beaucoup de perte d'eau pour rien. Pis encore, ils peuvent contaminer l'eau du réseau», ajoute l'inspecteur Katherasapillay. De janvier à avril 2017, la CWA a réglé 782 cas de vols d'eau et récupéré Rs 1 225 227.

Dans le cas où les connexions se font avant le compteur, la CWA entre en jeu. Si l'affaire ne peut être réglée à l'amiable, l'organisme porte plainte à la police. Mais si la connexion se fait après le compteur et que c'est un voisin qui paye pour l'eau volée, là c'est à celui-ci de poursuivre le fraudeur en justice.

La CWA a plusieurs astuces pour être au courant de ces fraudes. Parfois elle reçoit des lettres ou des appels anonymes, ou bien ce sont les Meter Readers qui remarquent la fraude et avertissent les inspecteurs. «Il arrive que certains utilisent jusqu'à 50 mètres cubes d'eau par mois et d'un seul coup, 0 mètre cube. Nous allons donc vérifier», précise l'inspecteur Katherasapillay.

Dans les cas de récidive des mêmes fraudeurs, l'affaire est redirigée à la police et c'est à la cour de justice de décider de la marche à suivre. «La CWA ne tolère pas ces cas de vol car c'est illégal, immoral et représente un manque à gagner pour la CWA. Sans compter que cela pénalise d'autres consommateurs», dit Yousouf Ismaël, General Manager de la CWA. Selon lui, il n'y a pas de profil des cas de vol d'eau. Cela peut être individuel ou commercial. Il y a même des institutions charitables qui s'y mettent.

Au vu des fréquents cas de vol d'eau, une réorganisation du département anti-fraude est en cours afin d'épingler plus de fraudeurs et récupérer l'argent. L'unité anti-fraude est divisée en trois zones, avec trois inspecteurs par zone actuellement, pour attraper les fraudeurs. D'octobre 2004 à avril 2017, la CWA a pu récupérer Rs 60 743 397.

En mai de cette année, la CWA est tombée sur un cas où un agriculteur a détourné 16 millions de litres d'eau, ce qui représente 16 000 mètres cubes, alors qu'en moyenne une famille utilise entre 20 et 30 mètres cubes d'eau par mois. L'agriculteur a été sommé de payer Rs 122 857 à la CWA. «Aller sur le terrain et confondre ces fraudeurs n'est pas chose aisée. Parfois, ils nous menacent et sont agressifs. Mais nous faisons notre travail», souligne l'inspecteur Katherasapillay. En tout cas, le combat continue.

Connexion illégale/sous facturation/ pompage illégal de l'eau souterraine

Ile Maurice

Blanchiment d'argent - La commission anticorruption sur la piste d'un axe Maurice-Australie

Ajay Shanto, un commerçant, a été arrêté par l'Independent Commission against… Plus »

Copyright © 2017 L'Express. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.