19 Août 2017

Congo-Kinshasa: Emergence d'une jeunesse instruite et travailleuse - Hugues Nepanepa offre son analyse

analyse

Dans la foulée de la journée internationale de la jeunesse commémorée samedi 12 août 2017, ce cadre dynamique et soucieux d'une large réussite de la jeunesse congolaise n'a pas voulu garder le secret du succès pour lui tout seul.

Au cours d'un entretien avec La Prospérité, le jeudi 17 août 2017, il s'est confié sur ce qui lui semble être les mécanismes les plus sûrs pouvant conduire au progrès de la jeunesse. Il s'agit, signale-t-il, « de la culture du savoir et du travail ». Lui, c'est Hugues Nepanepa Mayenge, Chargé de Mission adjoint de l'Agence des Zones Economiques Spéciales, « AZES », établissement public dont l'importance n'est plus à démontrer.

D'entrée de jeu, Hugues Nepanepa, d'apparence sereine et réfléchie, proclame sa foi en la bravoure et la perspicacité de la jeunesse congolaise. Il soutient que cette dernière en donne la preuve par la façon dont elle arrive à faire face aux réalités et péripéties qu'elle traverse. Nonobstant cette sagacité, ce haut cadre de l'AZES regrette que la plupart des jeunes manquent de repère au sein de la société actuelle qui n'offre plus beaucoup de jalons de direction et encore moins, de modèles de vie. Telle serait, d'après lui, la raison pour laquelle plusieurs jeunes gaspillent leurs potentialités ou ressources tant innées qu'acquises.

Préoccupé par la situation de la jeunesse, il l'invite, d'une part, à persévérer et, d'autre part, à prendre conscience pour ainsi développer une culture accrue du savoir et du travail. Ceux-ci, souligne-t-il, sont deux piliers fondamentaux du progrès, tant d'un point de vue personnel que collectif. Adepte du travail opiniâtre, ce jeune homme stigmatise cette pensée vulgaire qui estime que l'on peut réussir sans pour autant appliquer ces deux concepts clés. Par ricochet, il semble opportun de noter que cette idéologie corrobore avec la réflexion selon laquelle «la vie n'est pas une question de chance mais d'opportunité. Cette dernière exige tout de même que l'on s'y prépare et que l'on s'y prépare assidûment».

Jeunesse et politique !

Concernant la question de la ruée des jeunes vers la politique, Hugues Nepanepa estime qu'ils ont tout à fait le droit et même, le devoir de s'engager activement dans la politique. Car, ils peuvent, de ce fait, changer les conditions sociales du pays. La politique n'est pour ainsi dire pas une mauvaise chose en soi, pour les jeunes, loin s'en faut. Néanmoins, il condamne mordicus le fait de penser que les jeunes, actuellement au Congo, ne peuvent réussir que dans ce secteur. Subséquemment, il sous-tend que la jeunesse a tout ce qu'il faut pour réussir brillamment dans les autres domaines de la société. Par conséquent, il encourage les jeunes à prendre conscience du rôle qu'ils ont à jouer dans la société et à prendre leur destin en main et, donc, à travailler plus que nécessaire.

Par ailleurs, cet économiste, du haut de sa trentaine, appelle à une conscientisation des jeunes congolais à cesser d'attribuer leur état de vie actuel à l'état de la nation. Car, argumente-t-il, ¨même si l'on vivait dans le pays le mieux gouverné du monde, si l'on ne prend pas conscience de sa responsabilité personnelle, ni de l'importance cruciale du savoir et du travail, l'on continuera à se plaindre et à broyer du noir ¨. A cet effet, les jeunes doivent apprendre à capitaliser leurs potentialités et développer leur savoir qui, à ce jour, est disponible à grande échelle et pour tous, a-t-il ajouté.

Apport des ZES à la jeunesse

En tant que Chargé de Mission adjoint de l'Agence des Zones Economiques Spéciales, ce jeune cadre, à tout le moins instruit, n'a pas manqué de souligner l'importance des zones économiques spéciales pour la jeunesse. Il a renseigné, en outre, que ces espaces industriels dont le projet est en cours de déploiement par le Gouvernement, exigeront une main d'œuvre considérable dans leurs phases d'exploration, de construction et d'exploitation. Ils permettront ainsi d'employer de nombreux jeunes, d'autant plus que la jeunesse est toujours considérée comme une main d'œuvre sûre et efficace.

Il a clos son propos en rappelant que l'AZES a pour mission, de susciter des investissements massifs et de favoriser la création des emplois dans le secteur industriel. Parmi les ZES les plus célèbres dans le monde, l'on peut citer celles de Shenzhen et Guangzhou en Chine, d'Ankara en Turquie ou de Dubaï aux Emirats Arabes Unis.

Congo-Kinshasa

Hospitalisé, Diomi Ndongala en appelle à la CNDH pour sa libération

L'opposant congolais Eugène Diomi Ndongala en appelle, ce jeudi 21 septembre, à la Commission nationale… Plus »

Copyright © 2017 La Prospérité. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.