20 Août 2017

Togo: Climat de peur et de tension au lendemain des manifestations réprimées

Photo: Républicoftogo
Un canon à eau de la gendarmerie en intervention

La ville de Sokodé est plongée, dimanche 20 août, dans un climat de peur, au lendemain de la manifestation du Parti national panafricain (PNP), au cours de laquelle au moins deux opposants ont été tués par des tirs des forces de l'ordre. A Lomé, la capitale, la situation reste encore plus tendue, après une nouvelle tentative de manifestation du PNP, ce dimanche matin, toujours pour réclamer le retour à la Constitution de 1992. Le PNP affirme que le secrétaire général du parti, le docteur Sama, a été arrêté.

Lomé, Anié, Kara et Sokodé, ce sont autant de villes du Togo où des manifestations d'opposants ont été violemment dispersées, samedi, par les Forces de l'ordre. C'est à Sokodé, ville située à plus de 300 km au nord le capitale et bastion du PNP, que la répression a été la plus brutale. Au moins deux manifestants ont été tués, admettent les autorités.

Les témoignages recueillis par RFI, dans la matinée de ce dimanche, insistent sur le climat de peur qui règne à Sokodé. Ils décrivent une ville déserte, avec des militaires postés aux principaux carrefours.

D'autres témoins affirment que de nombreux manifestants ont fui Sokodé par peur d'être arrêtés tandis que d'autres se terrent chez eux comme cet homme, qui a souhaité conserver l'anonymat. Il était dans le cortège, samedi, et affirme que la nuit de samedi a été « une nuit de terreur ».

« Il y avait des militaires à chaque mètre. Normalement, c'était la gendarmerie et la police qui devaient assurer la sécurité mais voilà qu'ils ont eu des renforts des bérets rouges qui sont venus en tenue civile.

Ils ont commencé par bastonner », a-t-il souligné avant d'ajouter qu'au cours de la manifestation, il a vu un de ses amis tomber, d'abord sous l'effet des gaz lacrymogènes puis sous les coups de matraque.

Il précise également que la situation a dégénéré lorsque le cortège a voulu prendre la direction de la préfecture, sans autorisation. Malgré les gaz, la foule a insisté. Elle a alors été visée par des balles en caoutchouc. D'autres témoins parlent de tirs à balles réelles.

Le commissariat de la ville a été incendié ainsi que deux véhicules des forces de l'ordre. Selon plusieurs sources, du matériel et notamment des munitions ont été volées.

Situation encore plus tendue à Lomé

Si Sokodé ressemblait à une ville fantôme, ce dimanche matin, à Lomé la situation était encore plus tendue. Le PNP, pour maintenir la pression, a organisé une nouvelle manifestation.

Selon le conseiller principal du PNP, Tikpi Atchadam, dès 8h, près d'un millier de personnes se sont rassemblées. Elles ont été rapidement dispersées. Le PNP affirme également que le secrétaire général du parti, le Dr Sama, a été arrêté.

Samedi, le leader du PNP parlait de dizaines d'arrestations à travers le pays. Des arrestations ont effectivement été signalées aussi à Kara, Anié et Lomé.

Ce dimanche matin, aucun responsable des forces de l'ordre et du ministère de la sécurité n'étaient joignables mais samedi, le directeur de la police nationale annonçait qu'il y avait eu deux décès, lors de la manifestation de Sokodé.

Jean-Pierre Fabre, chef de file de l'opposition togolaise, avait promis, vendredi, « de ne pas rester inactif si le pouvoir persistait dans sa volonté d'empêcher la manifestation » de ses camarades du PNP dont il partage les revendications. Après les violences qui ont émaillé la journée de samedi, il a réitéré son soutien au Parti national panafricain.

En savoir plus

Retour au calme

Des incidents ont été signalés samedi à Lomé, Sokodé et Kara en marge de… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.