19 Août 2017

Togo: Plusieurs morts dans des manifestations à l'appel du parti d'opposition PNP

Photo: Républicoftogo
Un canon à eau de la gendarmerie en intervention

Des affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont secoué Lomé, Anié, Sokodé et Kara, ce samedi matin 19 août. Ils ont fait deux morts à Sokodé selon les autorités ; le leader du Parti national panafricain (PNP), un parti d'opposition qui avait appelé à manifester, évoque lui au moins sept morts, et beaucoup de blessés. Des dizaines d'arrestations auraient eu lieu. Les manifestants marchaient pour le retour à la Constitution de 1992 et le vote de la diaspora. Les marches avaient été interdites la veille, vendredi 18 août, car le PNP avait refusé les itinéraires indiqués par le gouvernement. Le calme est revenu au Togo, samedi en milieu de journée.

Conséquence des manifestations à l'appel du PNP, la circulation était timide sur la route nationale numéro 1 à Lomé, au Togo, ce samedi après-midi 19 août. Des fourgons blindés et des chars à eau stationnaient aux grands carrefours de la capitale togolaise, jusqu'au croisement GTA, non loin du palais présidentiel. Un check point de militaires inhabituel, à la hauteur de l'état-major général des forces armées togolaises, était en place.

Le PNP togolais, inconnu jusqu'en janvier 2017, mobilise désormais les foules et, pour ce samedi, il avait appelé à des marches dans cinq villes du Togo et dans quelques pays où se trouve la diaspora togolaise. Il s'agit de réclamer le retour à la Constitution de 1992 - qui limitait, notamment, à deux le nombre de mandats présidentiels - et le vote de la diaspora.

Des marches interdites faute d'accord sur les trajets à emprunter

Depuis la veille des manifestations, vendredi, le ministre de la Sécurité avait prévenu qu'il n'y aurait pas de marche, les dirigeants du PNP ayant refusé les itinéraires que le gouvernement leur indiquait.

Tous les rassemblements ont donc été dispersés à coups de gaz lacrymogènes et de matraques, ce samedi matin. Lomé, Anié, Sokodé et Kara ont été secoués.

On dénombre au moins deux morts à Sokodé, selon les autorités togolaise. Le leader du PNP, Tikpi Atchadam parle lui d'au moins sept tués. « Les bérets rouges sont intervenus en tirant à balles réelles [à Sokodé, NDLR]. A Lomé, la même chose. Des militaires, habillés en gendarme, ont fait irruption à l'intérieur des foules et ils ont tiré, à bout portant, des gaz lacrymogènes », détaille-t-il. A Sokodé, le commissariat a été saccagé, du matériel emporté et mis à feu, une fourgonnette de police a été incendiée.

A Kara, il y a eu des arrestations, des tirs de balles en caoutchouc et « nous avons déploré beaucoup de blessés », a ajouté Tikpi Atchadam.

« La liberté de manifestation est en danger »

Selon le président du PNP, il est incompréhensible de compter des morts et des blessés lors d'une manifestation pacifique - « Nous avons mis plus d'une année à former nos militants aux principes de la non-violence avant d'organiser cette marche », précise-t-il - et il demande, en conséquence, l'arrestation des auteurs de ces violences et appelle toute l'opposition togolaise à l'unicité d'action.

« La liberté de manifestation est en danger. C'est pour ça que nous invitons tous les partis politiques d'opposition à se joindre à nous ; dans tous les cas, à faire en sorte que cette lutte soit une lutte nationale, et exiger d'abord que tous ceux qui ont été arrêtés soient relâchés, que, surtout, ceux qui sont morts, que l'on fasse leur autopsie, et que l'on puisse arrêter les auteurs de cette violence barbare et qu'ils soient traduits devant la justice. Voilà, nos exigences », a martelé Tikpi Atchadam.

Dans un communiqué publié vendredi, en guise de soutien, Jean-Pierre Fabre, chef de file de l'opposition togolaise avait promis « de ne pas rester inactif si le pouvoir persistait dans sa volonté d'empêcher la manifestation » de ses camarades du PNP, dont il partage les revendications. Après les violences qui ont émaillé la journée de samedi, il réitère ce soutien.

Je demande au peuple togolais, sur toute l'étendue du territoire national, de continuer la mobilisation sans faiblir. Je vois les signes de la fin de ce régime et je dis simplement que nous ne pouvons pas accepter que le régime recherche par tous les moyens des subterfuges pour échapper à la mise en œuvre des réformes auxquelles il s'est engagé dans l'accord politique global.

Parmi les mesures dont Jean-Pierre Fabre réclame l'application, il y a le retour à la limitation du nombre de mandats présidentiels, l'organisation de scrutins à deux tours et la réforme de plusieurs institutions.

En savoir plus

Climat de peur et de tension au lendemain des manifestations réprimées

La ville de Sokodé est plongée, dimanche 20 août, dans un climat de peur, au lendemain de la… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.