21 Août 2017

Burkina Faso: CIMFASO - La matière première sera désormais acheminée aussi par des wagons

L'entreprise burkinabé CIM METAL Group a réceptionné, le jeudi 17 août 2017 à Ouagadougou, des wagons de train. Ce nouveau dispositif entend innover le domaine du transport de matière première.

Pour un meilleur approvisionnement en matières premières de ses usines de ciments, le géant burkinabè, CIM METAL Group a jugé nécessaire de renforcer ses capacités en se dotant de 200 wagons de train en plus de son parc automobile de 500 camions. La cérémonie de réception du 2e lot, composé de 50 wagons s'est déroulée, le jeudi 17 aout 2017, à Ouagadougou.

Pour le Directeur générale (DG) de CIMFASO, Inoussa Kaboré, ce projet témoigne non seulement de l'engagement de son entreprise dans une politique de développement et d'expansion de l'économie burkinabè, mais aussi l'expression de leur volonté à se conformer aux règles et lois édictées par les organismes sous régionaux en référence à la loi R14 de l'UEMOA.

Et d'ajouter que ces wagons permettront de renforcer les capacités de l'entreprise en matière de transport. « C'est un projet qui permettra de renforcer la performance de nos moyens de transport et d'offrir des produits de qualité tout en nous conformant avec le règlement de l'UEMOA », a-t-il indiqué.

Il a aussi expliqué que le projet compte 200 wagons pour un début avec plus de 10milliards de F CFA financés par Ecobank-Burkina Faso.

Selon lui, un premier lot de 50 wagons avait déjà été réceptionné, le samedi 15 avril 2017, à Ouagadougou et le deuxième lot de 50 wagons aussi, vient d'être réceptionné ce jeudi 17 Aout 2017.

Il a annoncé l'arrivée prochaine des 100 autres wagons restants sur les 200prévus et a déclaré que l'entreprise ambitionne agrandir le projet et ainsi faire du chemin ferroviaire, le socle du développement.

Révolutionner l'industrie burkinabè

Le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Souleymane Soulama, lui, s'est réjoui du projet et a félicité CIMFASO car les wagons de transport dont il s'est doté sont, selon lui, une révolution de l'industrie burkinabè et aussi permettra de respecter le règlement14 de l'UEMOA en diminuant un tant soit peu les charges du transport routier ;

ce qui permettra, a-t-il ajouté, de garantir la longue survie des routes. Il a également ajouté que le transport ferroviaire permettra d'acheminer en quantité et en qualité de la matière première en un temps record et cela, a-t-il affirmé, peut permettre une diminution du prix du ciment pour le plaisir des consommateurs.

Et de conclure qu'au vu des avantages de cette initiative que le gouvernement compte les accompagner dans cette révolution.

Le directeur général de Ecobank-Burkina Faso, Cheikh Travaly a expliqué les raisons pour lesquelles sa banque a financé le projet.

« Nous avons un partenariat de très longue durée avec l'entreprise et en plus le projet est très novateur et est un facteur d'intégration sous régionale très important », a-t-il soutenu.

Pour lui le projet de CIMFASO est une forme de désenclavement du pays et démontre une vision panafricaniste qui correspond parfaitement à la vision d'Eco-Bank.

Burkina Faso

Le président de la BAD attendu mercredi

Au cours de son séjour, le président de la BAD, première institution de financement du… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.