20 Août 2017

Cameroun: 20 août 2011/20 août 2017 - Déjà six ans que le bébé de Vanessa Tchatchou a disparu

Le 20 août 2011, le bébé de Vanessa Tchatchou, élève de 17 ans, disparaît quelques heures seulement après sa naissance, à l'hôpital gynéco obstétrique et pédiatrique de Ngousso (Yaoundé).

Cette jeune mère n'a pas eu le temps de célébrer la venue au monde de son fils, qu'on est venu lui faire comprendre que son bébé a disparu alors qu'il se trouvait dans une couveuse.

Dans les jours qui suivaient, une magistrate avait alors été soupçonnée du vol d'un nourrisson. Ce qu'elle a nié

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement camerounais, Issa Tchiroma Bakari, de son côté, avait organisé une conférence de presse au cours de laquelle il affirmera que celui-ci serait mort et enterré. Une thèse à laquelle ne peut croire ni la famille ni un grand nombre de Camerounais.

Le directeur général de l'hôpital a été limogé, un nouveau a été nommé

Des Camerounais vont se mobiliser pour protester contre cette injustice. La diaspora camerounaise sera également de la partie. Rien n'y ferra.

Pour maintenir la pression, Vanessa élit domicile sur son lit d'hôpital et ne souhaite en quitter tant que son nourrisson ne lui serait pas remis. Mais elle a été expulsée de force quelques mois plus tard par la police camerounaise

Selon le porte-parole du gouvernement, sa présence troublait le bon fonctionnement de l'hôpital, et c'est «par compassion que l'administration a toléré jusque-là son sit-in».

Vanessa Tchatchou aujourd'hui âgée de 23 ans a réussi récemment son diplôme de Baccalauréat. Elle est persuadée d'être victime d'un trafic de bébés organisé avec la complicité du personnel hospitalier et de hautes personnalités.

Elle est convaincue que son enfant en vie se trouve quelque part.. « Bonjour, en ce jour, dimanche 20 août 2017, cela fait 6 ans aujourd'hui qu'on ma volé mon enfant je suis vraiment troublée j'arrive pas à croire que jusqu'aujourd'hui je le vis comme un rêve.

J'ai comme l'impression que je suis dans un sommeil profond depuis 6 ans. S'il vous plaît, posons nos genoux à même le sol et prions le seigneur de la protéger dans sa nouvelle famille et le seigneur continue à veiller sur elle » a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Plus loin, elle affirme " En ce 20 août 2017 tu as aujourd'hui 6 ans bébé, je ne t'ai jamais vue les plus fort du monde t'on récupéré"

L'affaire Vanessa Tchatchou au Cameroun a montré à quel point notre société n'a aucun respect pour la vie humaine.

Vanessa Tchatchou est un symbole de la résistance pacifique contre l'oppression, les abus de pouvoir, et surtout, le non respect des droits des citoyens, et le mensonge.

Tout montre que l'on ne veut pas dire la vérité au public. Si Vanessa Tchatchou avait cédé, son combat aura été vain, et le cycle des disparitions des bébés dans les hôpitaux, ne s'arrêtera pas en si bon chemin.

Son combat aidera sans doute les autres jeunes filles à ne pas connaître pareille mésaventure, et freinera peut-être aussi, les ardeurs des voleurs de bébés. Pour ceux qui la soutiennent, arrêter la lutte, «ce serait cautionner le trafic d'enfants au Cameroun».

Cameroun

Carnet noir - L'ancien ministre de la Santé publique le Prof. Gottlieb Monekosso est mort à 89 ans

Il s'en va, rassasié de jours. Le Prof. Gottlieb Monekosso qui fut ministre de la Santé publique du… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.