21 Août 2017

Maroc: Départ cahin-caha de l'indemnité pour perte d'emploi

10.588 personnes ont bénéficié des indemnités pour perte d'emploi (IPE) en 2016 contre 8.741 une année auparavant, soit une hausse de 21%. Selon des statistiques de la Caisse nationale de la sécurité sociale, 23.639 dossiers ont été déposés en 2016 contre 20.672 en 2015 soit une augmentation de 14%.

Le montant déboursé s'est élevé à 142,625 millions de DH en 2016 contre 114,426 en 2015 soit une hausse de 25%. Le montant mensuel moyen servi a été de 2.404 DH en 2016 et de 2.360 DH en 2015 avec une durée moyenne de service de l'IPE de cinq mois.

La CNSS, rappelle-t-on, verse des IPE aux salariés qui perdent de manière involontaire leurs emplois, et qui sont à la recherche active d'un nouveau pendant une période pouvant aller jusqu'à 6 mois.

Pour en bénéficier, le salarié ayant perdu son emploi dans des circonstances indépendantes de sa volonté doit cumuler 780 jours de déclarations de salaires durant les trente six derniers mois précédant la date de la perte d'emploi dont 260 jours durant les 12 derniers mois précédant cette date.

Le secteur de la construction compte 35% de bénéficiaires de l'indemnité pour perte d'emploi contre 30% en 2015. Il est suivi de l'industrie manufacturière (16%) et du commerce (12%). Globalement, c'est la tranche d'âge 30 à 40 ans qui domine, représentant 38% en 2015 et 41% en 2016.

Des chiffres qui restent inférieurs aux objectifs de 30.000 à 34.000 fixés au départ. Ceci d'autant plus que l'année 2016 a enregistré la perte de 37.000 postes nets d'emplois résultant d'une hausse de 26.000 en milieu urbain et d'une perte de 63.000 emplois en milieu rural, contre une création annuelle moyenne de 27.000 emplois durant les années 2014-2015 et de 95.000 emplois pendant la période 2008-2013, selon le Haut-commissariat au plan (HCP).

Une perte d'emploi qui a été concomitante avec la création de 126.000 postes d'emploi rémunérés, dont 25.000 en milieu urbain et de la diminution de 163.000 postes non rémunérés, en totalité enregistrés en milieu rural, précise le HCP dans sa note d'information sur la situation du marché du travail pour l'année 2016.

A signaler, par ailleurs, que les services de la CNSS ont indiqué que la moitié des demandes ont été rejetées en 2016 en raison de l'insuffisance du nombre de jours déclarés contre 55% en 2015. Viennent ensuite le manque de pièces constitutives du dossier (24%) et les dépôts hors délai (7%).

Les assurés CNSS sont également confrontés au problème de la justification du départ involontaire puisque bon nombre de chefs d'entreprise refusent d'en faire la déclaration par crainte de poursuites et de versement d'indemnités de licenciement. Ce qui prive bon nombre de salariés de cette prestation, selon des sources médiatiques concordantes.

Maroc

La CTM lance sa nouvelle application mobile

La Compagnie de transport au Maroc (CTM) a annoncé dernièrement à Casablanca, le lancement de sa… Plus »

Copyright © 2017 Libération. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.