21 Août 2017

Gabon: Connectivité Mobile - Le Gabon devance le Cameroun en zone Cemac

Classée à la 19è place au niveau africain, selon l'association GSMA, la première économie de la sous-région a seulement 5,01 millions de personnes qui utilisent internet.

Le Cameroun occupe le second rang en matière de connectivité mobile dans la zone Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac) d'après GSMA, Association mondiale des opérateurs télécoms basée à Londres, qui a publié le 14 août dernier son classement, évaluant la connectivité mobile de plus de 150 pays à travers le monde.

Classée à la 19è place au niveau africain (124è au niveau mondial), la première économie de la sous-région est devancée par le Gabon (113è) qui est le pays premier dans la zone Cemac. Mais 10è sur le plan continental, selon la note attribuée par GSMA. Le rapport rendu public par l'association regroupant les opérateurs de la téléphonie mobile conforte ainsi une précédente étude réalisée dans 15 pays africains par le groupe Jumia, site de vente en ligne. Seulement 5,01 millions de Camerounais utilisent internet sur une population évaluée à 24,2 millions d'habitants, soit un taux de pénétration de 21%, révélait ledit rapport.

Ce taux, « comparé aux 18% de pénétration à travers l'Afrique, prouve que le pays a beaucoup à faire pour atteindre le niveau des pays de l'Afrique de l'Ouest comme la Côte d'Ivoire et le Sénégal, où le taux de pénétration est respectivement de 35% et 44%, apprend-on. A contrario, le parc des abonnés à la téléphonie mobile ne cesse de grimper, avoisinant les 19,46 millions d'abonnés mobiles en fin 2016. Ce qui correspond à un taux de pénétration de 80% d'abonnés au Cameroun, pour 80% en Afrique, soit 963 millions de souscripteurs.

« Aujourd'hui, la possibilité de naviguer sur internet est la plus recherchée lors de l'achat d'un téléphone mobile, les Camerounais sont de plus en plus connectés sur leurs téléphones », conclut le rapport donc les principales sources de données sont Jumia, GSMA Mobile Report 2017. Même s'il occupe le 76e rang à l'échelle mondiale, l'Ile Maurice trône en tête de l'édition 2017 du classement des pays africains en matière de connectivité mobile avec un score de 62,7 points. L'Etat insulaire de l'Océan indien est suivi par l'Afrique du Sud (84è à l'échelle mondiale) qui occupe la deuxième marche du podium. Ensuite, la Tunisie (89è), le Maroc, l'Égypte, l'Algérie, le Botswana, la Namibie et le Ghana. L'Angola ferme le top 10 africain.

41 pays africains figurent dans ce classement sur quatre critères: la fiabilité des installations d'accès internet, la qualité des prix d'appareils et de forfaits mobiles, la disponibilité des services à répondre aux besoins de la clientèle et le degré de volonté des populations à s'initier à l'internet mobile. Des critères que certains pays africains semblent avoir peu ou pas respecté.

Raison pour laquelle, la Guinée (147e), le Tchad (148e), la République démocratique du Congo (149e)et le Niger (150e) occupent les dernières places du classement à l'échelle du continent, mais aussi à l'échelle mondiale. Leurs notes sont comprises entre 17 et 20 sur 100, Ceci est dû au manque sévère et souvent l'absence d'infrastructures ainsi que par les prix difficilement abordables pour ces populations.

Le nombre de citoyens non connectés et non prédisposés à l'être engendre naturellement l'absence de contenu adapté. A l'échelle mondiale, affirme le rapport, l'Australie, la Norvège et la Nouvelle-Zélande apparaissent en tête du classement avec des scores supérieurs à 85/100.

Gabon

Libreville dénonce l'«acharnement» du Parlement européen

Le Parlement européen ne lâche rien. Après une première résolution il y a quelques… Plus »

Copyright © 2017 Camer.be. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.