21 Août 2017

Burkina Faso: Attaque du café Aziz Istanbul - Le gendarme Yassia Sawadogo repose au cimetière de Gounghin

Le Maréchal des logis (MDL), Yassia Sawadogo, de l'Unité spéciale d'Intervention de la gendarmerie nationale (USIGN), blessé lors de l'attaque terroriste du café Aziz Istanbul de Ouagadougou, et qui est décédé dans la matinée du samedi 19 août 2017, repose désormais au cimetière de Gounghin. Décoré à titre posthume de la médaille de chevalier de l'Ordre national, il y a été inhumé dans l'après-midi du lundi 21 août dernier en présence de la hiérarchie militaire, des frères d'armes, de la famille, de membres du gouvernement et de proches.

L'émotion était à son comble dans l'après-midi du lundi 21 août 2017 au cimetière de Gounghin à Ouagadougou, lors de l'inhumation du Maréchal des logis (MDL), Yassia Sawadogo, de l'Unité spéciale d'Intervention de la gendarmerie nationale (USIGN).

Blessé lors de l'attaque terroriste du café Aziz Istanbul, à Ouagadougou, le 13 août dernier, il est finalement décédé le samedi 19 août dans la matinée. C'est toute la nation burkinabè et la grande famille de l'armée qui lui ont rendu un vibrant hommage pour avoir défendu la patrie jusqu'au sacrifice suprême.

Pour le commandant de l'USIGN, Evrard Somda, la mort vient une fois de plus d'endeuiller « impitoyablement » les forces armées et particulièrement la gendarmerie nationale. « Gravement blessé (... ), il fut immédiatement admis à l'hôpital national Blaise- Compaoré pour des soins intensifs.

Après plusieurs interventions chirurgicales, et sur instruction du président du Faso, la décision est prise pour lui assurer une meilleure prise en charge.

Le vendredi 18 août, c'est au pied de l'avion médicalisé venu de Tunisie, que les médecins spécialistes vont constater que son état, suffisamment grave, ne permettait pas une évacuation sanitaire... », a détaillé le commandant Somda.

Réadmis à l'hôpital pour améliorer son état en vue d'une prochaine évacuation, il a rendu l'âme le lendemain. Le Maréchal des logis Yassia Sawadogo est né le 12 novembre 1987 à Bobo-Dioulasso. Incorporé le 7 novembre 2010, il est sorti Maréchal de logis, le 1er janvier 2013, au terme de sa formation.

Celui qui était proposable pour le grade de Maréchal de logis-chef à compter du 1er janvier 2018 a servi, à sa sortie d'école, au 31e escadron de gendarmerie mobile de Ouagadougou et à la direction des ressources humaines.

C'est en 2013 qu'il réussit avec brio au test de recrutement au sein de l'USIGN. Il subit avec succès toutes les étapes de la formation initiale pour intégrer définitivement l'unité spéciale.

Durant sa jeune carrière, le MDL Yassia Sawadogo a obtenu, entre autres diplômes et attestions, le certificat d'Aptitude à l'emploi de sous-officier, le certificat inter arme, le diplôme d'initiation commando, les attestations de stage en intervention spécialisée.

« Un sous-officier exceptionnel »

Pour le commandant de l'USIGN, Evrard Somda, le MDL Sawadogo était un sous-officier exceptionnel. « Il avait une grande vocation militaire et une conscience professionnelle exceptionnelle.

Toujours disponible, il se montrait très efficace dans le service. Très apprécié de ses chefs et de ses camarades, il savait se montrer très efficace dans la discrétion et la plus grande humilité. Particulièrement engagé au quotidien, il était toujours disponible pour exécuter toute mission qui lui était confiée », a-t-il témoigné.

Lors de l'intervention du 13 août dernier, a soutenu le commandant Somda, le défunt a bravé les balles des terroristes pour sauver une fillette de trois ans et c'est en essayant tout seul d'aller neutraliser un terroriste qu'il a été atteint d'une balle.

« En se battant jusqu'au sacrifice suprême pour sa patrie, le MDL Yassia Sawadogo nous a démontré de la manière la plus éloquente qu'il incarnait toutes les valeurs dignes d'un soldat en général et d'un élément des forces spéciales en particulier », a relevé le commandant de l'unité spéciale.

Pour le chef d'Etat-major général des armées, le général Ouamarou Sadou, le Burkina Faso est dans une situation beaucoup plus exigeante face au défi sécuritaire et le sacrifice du MDL Sawadogo trouve tout son sens. Il a dit toute sa fierté pour l'USIGN qui est une unité « très bien entraînée et audacieuse ».

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou, a indiqué qu'à travers sa bravoure, le défunt a transmis un message de sacrifice pour la patrie.

« A ce titre, il faut féliciter les forces de défense et de sécurité de cette unité d'élite de la gendarmerie qui a permis de mettre un terme à cette attaque du 13 août.

Nous présentons les condoléances du peuple burkinabè à toutes les FDS. Nous devons être fiers de ce jeune qui est mort pour la patrie et nous devons avoir à l'endroit de tous ces hommes qui mettent leurs vies en danger constamment pour notre sécurité un peu plus de respect et d'honneur », a-t-il déclaré.

L'oncle du MDL, Adama Sawadogo, a exprimé la reconnaissance de la famille aux premières autorités et au peuple burkinabè pour l'hommage rendu à leur fils. « Il est tombé les armes à la main et nous disons merci au Seigneur pour ce qu'il a fait.

Pour nous, il a défendu sa patrie. Malgré la tristesse qui étreint la famille, nous ne pouvons que nous consoler qu'un de nos fils ait défendu son pays jusqu'à la mort », a-t-il conclu.

Burkina Faso

Force conjointe du G5 Sahel - Le président du pays et la secrétaire générale de l'OIF échangent sur le financement

Selon Madame Michaëlle JEAN qui s'exprimait à l'issue de son entretien, « la mobilisation en faveur de… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.