21 Août 2017

Burkina Faso: Campagne agricole - La CPF fait le constat d'exploitations agricoles attaquées par les chenilles

Dans l'optique de répondre à sa vision qui est de défendre l'agriculture familiale, de prôner la souveraineté alimentaire et de défendre les intérêts des acteurs du monde rural, la Confédération paysanne du Faso (CPF) a initié une tournée de suivi de la campagne agricole en cours, le 18 août 2017 dans la région du Centre-Ouest.

Cette tournée, qui s'est achevée par une conférence de presse à Koudougou, a permis à la CPF de constater les dégâts causés par les chenilles légionnaires dans ladite région et d'interpeller le gouvernement burkinabè pour qu'il mette les moyens pour venir à bout de ce fléau.

D'une façon générale, la campagne agricole humide 2017-2018 connaît des difficultés particulières au Burkina Faso. En effet, en plus de l'installation tardive de ladite campagne, les services techniques de l'agriculture ont renseigné l'ensemble de la population sur des attaques de champs par des chenilles dans certaines régions du pays au début du mois de juillet.

À l'époque, les informations reçues faisaient état de 42 000 ha infestés. Ainsi, au regard de la gravité de la situation malgré les efforts de lutte contre ces ravageuses, la Confédération paysanne du Faso (CPF) a décidé, conformément à sa mission de soutien aux producteurs agricoles, d'effectuer une mission de suivi de la campagne agricole, le 18 août 2017 dans la région du Centre-Ouest et particulièrement au Boulkiemdé.

Cette mission visait essentiellement à faire l'état des lieux de la campagne agricole dans le sens de l'atteinte des objectifs fixés par les producteurs et le gouvernement.

Cela a permis de constater de visu, les séquelles des attaques des chenilles dans certaines exploitations agricoles de la province du Boulkiemdé. En effet, dans le village de Pitmoaga, commune de Kokologho, la mission a constaté avec amertume l'attaque de l'exploitation de Marcel Sama par les chenilles.

Selon l'agent technique d'agriculture en service dans cette localité, M. Richard Somé, les attaques ont commencé avec le maïs. Mais grâce aux conseils et à la récurrence des pluies au début du mois d'août, une accalmie a été constatée à ce niveau.

À l'heure actuelle, les attaques concernent surtout le mil et le sorgho alors que les produits conseillés pour le traitement ne sont pas disponibles dans la localité. A en croire l'agent de l'agriculture, « on estime à une centaine d'hectares la superficie de champ de mil attaquée par les chenilles dans le village de Pitmoaga ».

Pour ce faire, le souhait des producteurs est de bénéficier des produits appropriés pour traiter leurs champs car cela pourrait résoudre cette situation alarmante. Du reste, c'est le constat fait également par la mission de la CPF dans le champ de maïs de M. Hamado Tiemtoré dans le village de Yaoghin, commune de Poa.

Celui-ci a affirmé que lorsque les chenilles se sont signalées dans son champ de maïs, il a bénéficié des produits de la part des agents de l'agriculture si bien que son exploitation d'environ 10 ha a été finalement épargnée.

Ainsi, si pour certains exploitants la solution a été vite trouvée à travers les traitements effectués dans les champs, d'autres agriculteurs à l'instar de ceux de la commune de Kokologho ou de Ramongo ne savent pas, pour l'instant, à quel saint se vouer. Ils espèrent néanmoins trouver une solution afin de sauver ce qui peut encore l'être et de bénéficier de l'accompagnement du gouvernement et de ses partenaires au cas où la campagne ne serait pas probante.

Afin de vulgariser les constats faits au cours de cette tournée, la CPF a tenu à organiser une conférence de presse à Koudougou le même jour.

À cette occasion, elle a, à travers son président M. Bassiaka Dao, interpeller le gouvernement à propos de la nécessité de l'éradication des chenilles ravageuses des exploitations agricoles, car selon lui, « il est impossible de bâtir une nation de sécurité, de paix et de démocratie sans une véritable sécurité alimentaire ».

Burkina Faso

Ouagadougou - La Police de Baskuy démantèle une bande de 7 présumés escrocs

Selon la déclaration des enquêteurs, tout serait parti le 11 septembre dernier suite à une… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.