21 Août 2017

Cameroun: Aide humanitaire - 2, 9 millions de personnes dans le besoin

Pour assurer leur mieux-être au Cameroun, les Nations unies ont lancé un appel pour le financement lors de la Journée mondiale à elle dédiée, samedi à Yaoundé.

Selon les Nations unies, en 2017 le nombre de personnes nécessitant une aide humanitaire a atteint 2, 9 millions au Cameroun dont 320 000 réfugiés et plus de 230 000 déplacés internes.

Les mobiles de cette situation : l'instabilité en République centrafricaine qui provoque le flux continu des populations vers le Cameroun et les exactions de la secte islamiste Boko haram dans la partie septentrionale créant les déplacés internes et les pertes en vie humaine.

C'est pour soutenir les personnes touchées par les crises humanitaires et rendre hommage aux travailleurs dans ce domaine que la journée mondiale humanitaire s'est célébrée samedi dernier à Yaoundé.

Avec pour thème : « La protection des civils et des travailleurs humanitaires », le gouvernement camerounais s'est joint aux Nations unies, ONG nationales et internationales et autres donateurs de tout bord pour rendre hommage à toutes ces personnes qui chaque jour viennent en aide aux populations affectées et soulagent leurs souffrances.

A cette occasion, Mariatou Yap, directeur de la Protection civile, représentant le ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation (Minatd), coordonnateur des activités humanitaires au Cameroun, a rappelé que le chef de l'Etat, au niveau stratégique a créé en 2014, un comité ad hoc chargé de la gestion des situations d'urgence lié aux réfugiés.

« Au sein de ce comité, de nombreuses actions sont menées aussi bien par l'Etat, l'élite, la diaspora camerounaise et la communauté internationale.

Cette aide se manifeste par la collecte des dons de tout genre, des actions pensées qui sont mises en œuvre sur le terrain », a-t-elle indiqué.

En guise d'exemple, on peut entre autres citer la réalisation d'une adduction d'eau aux populations du Mayo Tsanaga par l'Etat du Cameroun et le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), dont le coût s'évalue à plusieurs milliards.

Au camp de Minawao, l'Etat a construit des écoles, un lycée technique, avec des enseignants affectés qu'il paye, les soins de santé pris en charge par le gouvernement camerounais d'une part et les humanitaires d'autres part. « Les humanitaires internationaux viennent en appui aux actions entreprisent par le gouvernement », a précisé Mariatou Yap.

Pour rendre hommage à toutes les personnes qui interviennent non seulement au Cameroun, mais partout dans le monde, parfois au péril de leur vie, une pétition baptisée : « NOTATARGET » qui signifie en d'autres termes « Les familles déplacées ne sont pas des cibles » a été signé lors de cette commémoration.

Celle-ci exige des leaders mondiaux qu'ils prennent des mesures pour protéger la vie des civils piégés dans les conflits armés. Car pour Allegra Baiocchi, coordonateur humanitaire pour le Cameroun, l'aide humanitaire est une affaire de tous.

Cameroun

Incidents violents à Bamenda

Au moins quatre personnes, dont un policier, ont été blessées à Bamenda, épicentre de… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.