21 Août 2017

Burkina Faso: Valorisation des eaux usées - Les stations de traitement des boues de vidange, de bels exemples

L'eau se raréfie de jour en jour. Il s'avère donc nécessaire de promouvoir la notion de l'économie bleue.

Mais comment l'économiser si nombre de personnes ignorent, par leurs actes quotidiens, la notion de gestion rationnelle ? Cela peut se faire en adoptant des comportements favorables à l'hygiène et à l'assainissement. C'est-à-dire valoriser les eaux usées. Pour ce faire, le ministère de l'Eau et de l'Assainissement, à travers sa politique de gestion intégrée des ressources en eau, a mis en place trois stations de traitements de boues et de vidange dans les quartiers Kossodo, Baskuy et Zagtouli de Ouagadougou. Découverte de l'une des stations.

Créée en septembre 2014, la station de traitements de boues et de vidange de l'ONEA (Office national de l'eau et de l'assainissement) de Zagtouli est destinée à recevoir les boues de vidange issue des fosses septiques d'origine humaine. C'est un ensemble de bassins constitués de matières filtrant l'eau de la boue. « Nous faisons la séparation entre la matière solide et la matière liquide », précise le responsable de la station de traitement de boues et de vidange de l'ONEA de Zagtouli, Jean Ouédraogo.

La matière liquide est récoltée à travers un ensemble de réseau dans des bassins pour son traitement. Et les boues restent sur les lieux pendant au moins trois semaines avant d'être évacuées. « Ces boues transformées en engrais sont mises à la disposition des agriculteurs et des maraîchers », souligne M. Ouédraogo.

Après le traitement qui respecte les normes en vigueur au Burkina Faso, l'eau peut être utilisée en maraichage pour les périmètres irrigués. Pour l'heure, « la station n'en fait pas faute d'équipement nécessaire pour mener cette activité. Mais c'est un projet en réflexion. Une fois mûri, il va certainement contribuer à améliorer les conditions de vie de bon nombre de personnes », indique-t-il.

Une valorisation qui profite à tous

La bonne nouvelle est que grâce à ces stations de traitement situées dans la ville, la population ne déverse plus ces boues de vidange dans les caniveaux. Une situation qui dérange les voisinages à cause de l'odeur nauséabonde que les excréta dégagent. «On vient déverser les boues gratuitement à la station. Ce qui nous permet d'assainir notre cadre de vie. Aussi, cela procure fréquemment du travail aux entreprises de vidange. Et l'eau valorisée est utilisée pour nos activités de constructions de bâtiments et de voies. Cela est à notre avantage », soutient le vidangeur Issaka Sawadogo.

Cependant « on tient à rassurer l'opinion publique que ce qui est autorisé pour l'usage de cette eau, en dehors des constructions, doit passer par la cuisson avant d'être consommée », explique le responsable de la station. La station de Zagtouli est la 3e de Ouagadougou en plus de celle de Kossodo et de Baskuy. Une autre existe à Bobo Dioulasso. Et, M. Ouédraogo affirme qu'il est prévu des stations dans les villes de Koudougou, Fada N'Gourma, Banfora et Ouahigouya d'ici à 2025.

Burkina Faso

Ouagadougou - La Police de Baskuy démantèle une bande de 7 présumés escrocs

Selon la déclaration des enquêteurs, tout serait parti le 11 septembre dernier suite à une… Plus »

Copyright © 2017 Sidwaya. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.