22 Août 2017

Afrique de l'Ouest: Ebola - La Guinée tire les leçons d'une épidémie sans précédent

L'épidémie d'Ebola a tué 11310 personnes dont 2412 personnes sur 3647 cas en Guinée. L'épidémie qui s'est déclenchée dans le sud-est de la Guinée avait vite atteint le Libéria, la Sierra Leone, le Nigeria, le Mali, les Etats-Unis, le Sénégal, l'Espagne, le Royaume-Uni et l'Italie. Si le virus a décimé des villages entiers en Afrique, il a fait moins de dégâts en Occident. Et il y a des leçons à tirer.

L'épidémie d'Ebola a beaucoup éprouvé les dispositifs sanitaires en Afrique et leurs résiliences. Le virus a tué par milliers en Afrique, alors que l'Europe et les Etats-Unis ont su le contenir.

Avec un décès sur 4 cas ; les Etats-Unis ont été presque les seuls pays occidentaux à enregistré un décès sur leur sol. Le virus a débuté sa courses mortelle en Guinée où il a fait 2412 victimes. Mais c'est le Liberia qui a paye la plus lourde tribu avec 4806 décès sur 10066 cas.

Depuis mars 2015, tous les pays touchés sont en alerte pour soit empêcher la reprise de la menace, soit traiter en urgence d'éventuels cas.

Pour la Guinée, foyer du virus en 2013, cette surveillance passe aujourd'hui par des essais cliniques. Un vaccin élaboré par la société russe Rusal est testé à Kinda, révèle RFI. Avec l'autorisation des autorités guinéennes, environ 2000 volontaires seront vaccinés.

La Guinée s'arme contre Ebola

Le test doit se dérouler jusqu'en 2018. Selon, Rfi Rusal a investi 10 millions de dollars dans un centre de recherche en Guinée. Le résultat : le vaccin Gam Evac Combi actuellement testé en Guinée.

Le produit, il faut le souligner, est approuvé par l'Organisation mondiale de la Santé, OMS. Même si l'on peut redouter une mutation du virus, la prévention reste la meilleure protection à cette phase.

La guerre que la Guinée tente de préparer se déroule sur le terrain de la recherche. Pour le pays, il urge de maitriser toutes les formes du virus.

Quatre des cinq fièvres au virus Ebola recensées sont localisées en Afrique. Et la Guinée, avec sa forêt, reste le foyer du virus. Après la recherche, la Guinée devra s'atteler à l'éducation.

Ebola, une maladie de saleté

L'hygiène est l'une des meilleures armes dont on dispose contre Ebola. En 2013, lorsque le virus se déclenchait dans la forêt guinéenne, on notait une forte insalubrité.

L'on se souvient, au temps critique de l'épidémie, une délégation ministérielle a été lynchée dans la forêt avec des morts. Les populations, hostiles à toute vaccination, pensaient qu'il était plutôt le moyen de leur transmettre le virus Ebola.

Pour elles, ce virus était un moyen de les décimer, ignorant ainsi les origines, les modes de transmissions et de prévention de la maladie. Ce qui en dit long sur le manque d'éducation et de sensibilisation.

Avant le vaccin Gam Evac Combi, la Guinée avait déjà testé aussi le rVSV-ZEBOV. Plus de 11 mille personnes avaient été visées et 5837 vaccinées (protégés du virus avec succès) en 2015, selon l'OMS.

Prévenir vaut mieux que guérir. La Guinée, foyer du virus Zaïre d'Ebola met ainsi les bouchées doubles. Une nouvelle plutôt rassurante quant on sait, que l'Afrique attend trop souvent pour réagir.

Guinée

La grève des enseignants entre dans sa deuxième semaine

En Guinée s'ouvre une nouvelle semaine de tension dans l'éducation nationale. Une partie des enseignants… Plus »

Copyright © 2017 This is Africa. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.