22 Août 2017

Soudan: Expulsion du contingent sénégalais Sen Fpu2 du Darfour - La police dément et apporte des éclairages

Le retour au Sénégal du contingent (SEN FPU 2) est motivé par la décision de l'Organisation des Nations Unies (ONU) qui a entamé un processus de réduction des effectifs présents au Darfour. C'est la Police nationale qui, à travers un communiqué de son Bureau des relations publiques, dément les informations faisant état de l'expulsion du contingent sénégalais de maintien de la paix au Darfour (Soudan).

«Contrairement à certaines informations véhiculées dans la presse et qui soutiennent que le retour au Sénégal du contingent (SEN FPU 2), précédemment déployé au Darfour, a été motivé par un manque de moyens, la Police Nationale tient à préciser que ce fait est la résultante de la décision de l'ONU qui a entamé un processus de réduction des effectifs présents au Darfour», lit-on dans un communiqué du Bureau des relations publiques de la Police nationale. Selon la source, c'est d'ailleurs «dans le cadre de ce processus appelé «Downsizing», que le Bataillon d'infanterie du Burkina Faso, le Bataillon d'infanterie du Pakistan, le Bataillon d'infanterie du Nigéria et le Bangladesh FPU 2, ont tous été invités à regagner leur pays».

En atteste, dans une correspondance des autorités Onusiennes, il est mentionné, en anglais: «votre unité doit être rapatriée très prochainement. En attendant des instructions ou des ordres de votre chaîne de commandement, j'ai été mandaté par mon SSO pour prendre contact avec vous... assurer ce mouvement. Le lendemain, vous recevrez une lettre d'introduction donnant des détails pour votre préparation et vos délais. La question du COE est la plus importante et la plus difficile dans ce cas. En vue d'effectuer ce mouvement en douceur et à temps, nous devons commencer le processus maintenant. Cordialement.»,

Et, le courrier de David A John, Chef de MOVCON, donne le calendrier des rapatriements. C'est ainsi qu'à la suite de la réunion de l'équipe de planification intégrée (IPT) réunie le 08 août 2017, il a été arrêté, pour le Bataillon d'infanterie du Burkina Faso: rapatriement du corps principal terminé le 22 juillet 2017. Pour le Batallon d'infanterie du Pakistan 5 (EL-Fasher): SOW finalisé pour le rapatriement du corps principal entre le 28 et le 31 août 2017. En ce qui concerne le Bataillon d'infanterie nigérian 46 (Nyala), la date de rapatriement proposée est le 6 octobre 2017. Quant au Sénégal FPU 2 (Zalingei), la date de rapatriement proposée est le 4 septembre 2017. En fin, pour Bangladesh FPU 2 (EL-Geneina), la date de rapatriement proposée est le 5 septembre 2017. «Cela conclura la première partie du plan d'examen stratégique pour le rapatriement du 3e bataillon d'infanterie et 2 FPU», conclut la source.

Hier, des médias ont annoncé que l'Onu a décidé de rapatrier l'ensemble du contingent de Police envoyé par le Sénégal, il y a seulement trois mois, au Darfour. Car le gouvernement sénégalais, malgré les moyens financiers mis à sa disposition, n'a pas daigné acheter des équipements adéquats pour permettre à ses éléments de se défendre efficacement en cas d'attaque de l'ennemi. Alors que dans chaque mission, le Conseil de sécurité des Nations-Unies donne à chaque Etat ou pays émetteur de casques bleus une importante somme d'argent d'abord, pour la bonne préparation des éléments devant aller sur le théâtre des opérations, mais également, pour l'achat de matériel adéquats pour la défenses troupes envoyées, en cas d'attaque. Selon ses sources, ce sont 142 éléments de la 7e unité de Force de police constituée de (SenFPU) et du 3e contingent de la Mission hybride des Nations Unies et de l'Union africaine au Darfour (Minuad) qui seront donc à Dakar mi-septembre) 2017.

Soudan

1/4 de finale aller C2 africaine - Mazembe domine Al Hilal Obeid à Khartoum

Le TP Mazembe a pris une belle option pour les demi-finales de la Coupe de la Confédération de la… Plus »

Copyright © 2017 Sud Quotidien. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.