23 Août 2017

Afrique de l'Ouest: Mokolo - Une oasis dans le Sahel

Grenier de la région de l'Extrême-Nord grâce à sa production vivrière abondante et variée, l'arrondissement est aussi riche de ses trésors touristiques.

Dans l'Extrême-Nord, Mokolo se distingue par son climat atypique. Un climat tempéré, en toute saison. La ville est ceinte de montagnes, qui offrent un paysage pittoresque. Les paysans savent si bien mettre en valeur ces élévations naturelles qui leur donnent la possibilité de pratiquer des cultures en terrasse. A toutes les entrées de la localité, sont plantées des haies d'acacias. Et même jusqu'à l'intérieur du périmètre urbain, un effort considérable est déployé dans le domaine de la plantation d'arbres, avec en bonne place, le flamboyant.

Sur le plan agricole, l'arrondissement se pose en grenier de la région de l'Extrême-Nord. Pratiquement tout y pousse. Voulez-vous vous approvisionner en pommes de terre ? En laitue ? En maïs ? En manioc ? En canne à sucre ? En arachide ? Bref, voulez-vous vous procurer des spéculations agricoles qu'on ne retrouve pas dans la région de l'Extrême-Nord ? Il faut vous rendre à Mokolo. Non seulement des vivres y abondent, mais aussi vous les achèterez à bon encore. Ce qui en fait une destination prisée, chaque mercredi, jour du marché hebdomadaire. Selon les révélations du sous-préfet, Joseph Christian Abouma Biloa, cette année, les terres ont été plus généreuses que par le passé : « Les besoins alimentaires sont estimés à 66 731 tonnes de céréales, par an. Et cette année, ces besoins sont largement comblés par une production d'au moins 67 500 tonnes ». nous révèle le chef de terre.

L'arrondissement de Mokolo est l'une des rares unités administratives reliées au chef-lieu de la région par une route bitumée encore praticable, malgré l'intensité du trafic. Les pouvoirs publics accordent une attention particulière à cette localité. Tous les services administratifs y sont représentés. Au fil des ans, l'Etat dégage des fonds soutenant un ensemble d'actions, destinées à améliorer les conditions de vie des populations. L'éclairage public, l'adduction d'eau potable, la construction et l'entretien des ouvrages de franchissement, sont une réalité permanente. Damien Zokom, le maire de Mokolo, a d'ailleurs fait de l'assainissement des voiries municipales son cheval de bataille.

Nonobstant la modicité des moyens financiers dont dispose sa commune. Les élites aussi encouragent ces efforts des pouvoirs publics, en montant des projets immobiliers de grande envergure. Ainsi, de jour en jour, Mokolo est en train d'épouser les contours d'une cité pittoresque, unique en son genre.

Vision

Yakoudam Marie-Noël: « En se battant, on s'en sort »

Restauratrice.

« Dans le domaine de la restauration où j'évolue, les affaires vont bien. En se battant dans ce secteur, on s'en sort. Faisant partie des pionniers de ce créneau à Mokolo, j'ai commencé par un « tourne-dos. » C'était avant l'implantation des organisations humanitaires dans la ville. J'ai compris que pour réussir, il faut travailler. Je tire ma force de cette option. J'y ajoute la convivialité, qui attire les clients. Et mes clients ont toujours envie de revenir. »

Jacques Kaldaoussa: « Mokolo connaît un boom immobilier »

Elite de Mokolo.

«La ville de Mokolo connaît un boom immobilier important. Pour ne prendre que les dix dernières années, nous notons beaucoup d'investissements initiés par des élites. Ces investissements ont déjà permis de construire des maisons d'habitation et des édifices à mettre en location. C'est une ville cosmopolite. Plusieurs fonctionnaires qui sont passés par cette localité ont même décidé d'y résider définitivement. Il faut maintenant des infrastructures routières à cet arrondissement. »

Dr Philippe Kosma: « Je salue la politique du Renouveau »

Elite de Mokolo.

« Dans l'enseignement primaire et secondaire, Mokolo a beaucoup évolué. Je salue aussi l'action des élites, qui sont en train d'implémenter la politique du président de la République sur le terrain. A côté du secteur éducatif, le volet santé est aussi en nette progression. Avec la création des centres de santé dans chaque canton. Toutes ces réalisations sont à mettre à l'actif de Paul Biya, chef de l'Etat et président national de notre grand parti, le RDPC.»

Afrique de l'Ouest

Mécontents de la hausse du prix de la farine, les boulangers annoncent 48 heures sans pain

Si rien n'est fait d'ici là, les boulangers envisagent de ne pas fabriquer de pain les 1er et 2 novembre… Plus »

Copyright © 2017 Cameroon Tribune. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.