27 Août 2017

Afrique de l'Ouest: Billet de banque brûlé volontairement : serait-il responsable de laisser faire ?

Photo: wikipédia
Kémi Seba

L'acte de M. Kémi SEBA, orchestré le samedi 19 août 2017, consistant à brûler publiquement un  billet de banque émis par la BCEAO, figure depuis lors en bonne place dans les réseaux sociaux.

L'illustration audio-visuelle de ce geste, visionnée par de très nombreux internautes, a certainement permis à son auteur d'atteindre son objectif, à savoir faire le buzz sous une forme provocante sur la campagne contre le franc Cfa dont il fait partie des porte voix.

Il demeure que le concerné était conscient que, par ce biais, il se plaçait en position délictuelle pouvant amener la Banque Centrale à agir. Celle-ci se devait d'intervenir, confortée en cela par la loi, en particulier les différentes dispositions des Codes Pénaux des États réprimant la destruction volontaire d'un billet de banque, l'altération de signe monétaire ayant cours légal et les risques de trouble à l'ordre public pouvant naître du geste.

Nonobstant ces dispositions, il demeure que l'acte porte préjudice à la BCEAO puisqu'il est susceptible de saper la confiance des populations et la crédibilité de la monnaie. La Banque Centrale, organisme auquel sont confiées les missions d'émission et de retrait des billets mauvais, ne pouvaient que saisir la justice et décourager toute tentative de reproduction de tels actes.

L'action relève d'une obligation liée à la charge institutionnelle. Il ne s'agit pas de s'attaquer à une cause ou à des idées remettant en question le franc Cfa, encore moins à une personne. Quiconque, auteur de l'acte visé, s'y exposerait.

En savoir plus

Affaire Kémi Séba - La question du franc CFA de nouveau sur la table

L'activiste sénégalais Kémi Séba doit être jugé mardi à Dakar pour… Plus »

Copyright © 2017 allAfrica.com. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.