26 Août 2017

Tunisie: Migrants - Six ans après la chute de Ben Ali, le drame des disparus tunisiens

Le président français Emmanuel Macron organise à Paris un sommet consacré à la crise migratoire.

Les chefs d'Etats nigérien, tchadien, le Premier ministre libyen, la chancelière allemande, les chefs de gouvernement italien et espagnol et la chef de la diplomatie européenne sont attendus alors que de nouvelles tentatives désespérées de migrants pour traverser la Méditerranée sont rapportées chaque jour.

A cette occasion, RFI revient sur la tragédie oubliée de l'émigration tunisienne. Car six ans après la chute de Ben Ali, des familles cherchent encore désespérément à retrouver la trace de leurs enfants disparus, partis pour l'Europe.

Quand survient la révolution de 2011, considérée comme le déclencheur des printemps arabes, la Tunisie connaît déjà bien le phénomène de l'émigration clandestine, avec des centaines de départs chaque année.

Mais après la répression des manifestations populaires, puis la chute du régime policier de Ben Ali, les forces de l'ordre sont invisibles pendant plusieurs mois.

Des dizaines de milliers de jeunes profitent de cette faille sécuritaire pour embarquer clandestinement vers l'Europe. Selon les autorités, près de 27 000 d'entre eux prennent la mer rien que pendant l'année 2011.

Selon le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, auteur de plusieurs rapports sur le sujet, ils seraient même plus de 35 000 à avoir essayé de traverser la Méditerranée à cette période.

Dans les mois qui suivent, 503 familles contactent cette association car leurs enfants ont disparu. Elles veulent savoir exactement ce qui est arrivé à ces jeunes. Sont-ils morts en mer ?

Vivent-ils en Italie sous une autre identité ? Sont-ils en prison, sans oser contacter leurs proches ? Autant de questions auxquelles ces familles cherchent toujours des réponses, plus de six ans après les faits.

La détresse et le combat des mères

Sous un soleil brûlant, quelques familles des disparus sont réunies devant le ministère des Affaires étrangères, sur les hauteurs de Tunis, pour demander encore une fois où se trouvent leurs enfants.

Après six ans sans réponse, la mobilisation s'est essoufflée, mais Souad Roueri a tenu à faire, encore une fois, le déplacement depuis Bizerte, à une heure de Tunis. Son fils, Ghassen, a pris la mer trois mois après la chute de Ben Ali. Depuis, il n'a donné aucun signe de vie.

« Ça fait dix mille fois qu'on passe ici, au ministère des Affaires sociales, le Premier ministre, le président... Jusqu'à présent sans réponse. On vient ici, ils appellent la police. On ne sait pas quoi faire. »

Ce jour-là encore, les grilles du ministère resteront fermées. En 2015 pourtant, les familles avaient repris un peu espoir quand le nouveau gouvernement a créé une commission chargée d'enquêter sur la disparition de leurs enfants.

Prélèvements ADN

Mais le silence des autorités a rompu la confiance de Fadhila Darchaoui. Cette femme au corps frêle vit seule dans un quartier pauvre de Tunis depuis la mort de sa mère et la disparition de son fils unique, âgé de 26 ans à l'époque.

Depuis qu'il a pris la mer en mars 2011, elle ne compte plus les prélèvements ADN auxquels elle s'est soumise, sans jamais obtenir d'information sur ce qui a pu arriver à son fils. « J'ai fait des prélèvements au ministère de l'Intérieur, et aussi à Sfax... Je l'ai fait beaucoup de fois », déplore-t-elle.

Au printemps, le secrétaire d'Etat tunisien aux migrations s'est rendu à Rome, notamment pour comparer les prélèvements ADN des familles avec les fichiers des personnes détenues ou décédées en Italie. Les familles disent n'avoir reçu aucune information depuis.

Les fonctionnaires du ministère de l'Intérieur ont bossé pour préparer les prélèvements ADN et les relevés d'empreintes. Les juges ont entendu, pendant des journées entières, les mères et les familles des disparus. Ils ont préparé le rapport.

Mais après, ça devient un choix politique. C'est à ce niveau qu'il y a un blocage. (... ) Il n'y a pas aujourd'hui une volonté politique pour ouvrir le dossier des disparus tunisiens.

Tunisie

Trio d'enfer !

Le public venu nombreux, composé de mélomanes et de représentants de l'ambassade d'Autriche, s'est… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.