28 Août 2017

Gambie: La première Tabaski «libre» depuis la fin du régime Jammeh

En Gambie, on s'apprête à célébrer la Tabaski pour la première fois sans Yahya Jammeh.

Pour certains chefs de communauté religieuse, cela change tout : sous Jammeh, les Gambiens avaient pour directive de prier le même jour que les croyants saoudiens, pour être en conformité avec La Mecque.

Sauf que certains imams refusent de prier avant de voir la lune apparaitre en Gambie, ce qui pouvait créer un jour de décalage. Pour la première fois cette année, ces « récalcitrants » ne s'exposent plus à de lourdes sanctions.

Muhideen Hydara est le chef religieux de sa communauté soufie dans un village de la région de Foni. En 2014, à plus de 70 ans, il avait passé quatre jours en détention pour avoir prié pour la Korité (le nom donné en Afrique de l'Ouest à l'Aïd el-Fitr, la Tabaski étant le nom donné à l'Aïd el-Kebir) un jour après le jour officiel tel que définit par le Conseil Suprême Islamique, soutenu par Yahya Jammeh.

Prières sous surveillance

« Le président avait demandé à tout le pays de prier le lundi. Mais moi, j'ai prié le mardi. Et c'est à cause de cela qu'ils m'ont arrêté ! », raconte Muhideen Hydara, qui ne regrette pas d'avoir tenu tête, ce jour-là. « J'ai fait le choix de prier le mardi, car au fond de moi, je savais que c'était le bon jour pour prier. »

Après des mois de procès, il est sorti libre, mais aura perdu beaucoup d'argent. Alors, pour lui et son fils Abbas Hydara, la Tabaski a cette année une saveur particulière.

« Personne n'est assez fou aujourd'hui pour nous arrêter, moi et mon père. On est libre de faire ce que l'on veut sans peur. On est libre de choisir le jour de prière », se félicite Abbas Hydara. « C'est notre religion, on ne suit ni le gouvernement, ni personne. On ne suit que le prophète Mohammed et Dieu. »

Retour à la liberté de culte

Pour Dembo Foday Bojang, conseiller spécial du président Adama Barrow pour les affaires religieuses, ç'en est fini de la « République Islamique de Gambie », décrétée par l'ancien leader.

Le nouveau gouvernement n'a plus à forcer les croyants à faire quoi que ce soit. « La Gambie est un État laïc. On a déjà commencé avec la Korité : tous les gambiens étaient libres de prier, quand ils voulaient prier.

Pour cette Tabaski, c'est pareil. Tout le monde est libre et peut prier le jour de son choix, au moment souhaité. C'est une nouvelle Gambie et un nouveau pays », martèle Dembo Foday Bojang.

Alors qu'importe si le Conseil Suprême Islamique a annoncé l'Aïd pour ce vendredi 28 août. Muhideen Hydara et sa communauté attendront samedi, pour prier quand bon leur semble.

Gambie

Le pays lance un appel à ses créanciers

La Gambie lance un appel à ses créanciers afin de restructurer sa dette devenue insoutenable. Les… Plus »

Copyright © 2017 Radio France Internationale. Droits de reproduction et de diffusion réservés. Distribué par AllAfrica Global Media (allAfrica.com). Pour toute modification, demande d'autorisation de reproduction ou de diffusion, contactez directement le propriétaire des droits en cliquant ici.

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.